Expliciter et proclamer la richesse de l’identité française

Expliciter et proclamer la richesse de l’identité française

Le Système réduit notre identité à un simple panel de prétendues valeurs. Aussi Ligne droite estime-t-elle indispensable que celle-ci soit dès lors clairement explicitée. La France, c’est un peuple européen, une culture d’origine gréco-romaine, une religion chrétienne, un territoire au cœur de l’Europe, le tout sublimé par une histoire qui a fait de notre nation sinon la première sur le continent, en tout cas la synthèse la plus accomplie du monde européen.

À l’heure du choc des civilisations, affirmer la dimension européenne de notre identité

À l’heure du choc des civilisations, affirmer la dimension européenne de notre identité

Alors que le monde multipolaire qui caractérise le XXIe siècle provoque un choc des civilisations entre les grandes puissances dominantes qui menace l’Europe, la sauvegarde de la civilisation européenne devient un impératif majeur. C’est pourquoi Ligne droite estime essentiel de prendre en compte la dimension européenne de notre identité, d’instaurer une préférence civilisationnelle et de susciter l’émergence d’un patriotisme européen.

Pour l’identité face au mondialisme

Pour l’identité face au mondialisme

Le clivage gauche/droite n’a pas disparu, il a changé de nature et porte désormais non plus sur la question de la propriété des moyens de production, mais sur celle de l’identité. Et dans cet antagonisme, c’est la Nouvelle Gauche de Macron qui incarne l’idéologie internationaliste. Aussi la droite nouvelle doit-elle se positionner clairement à droite comme défenseur de notre identité face aux différentes formes que prend la menace mondialiste.

Une Europe aux compétences centrées sur les grandes priorités

Une Europe aux compétences centrées sur les grandes priorités

La nouvelle Europe que Ligne droite appelle de ses vœux doit être dotée de compétences radicalement inverses de celles de l’Europe bruxelloise. Les attributions actuelles de l’Union doivent en effet, pour l’essentiel, être rendues aux États, permettant ainsi à la nouvelle Union de se concentrer sur quelques grandes priorités que Bruxelles délaisse actuellement, comme celles visant à l’indépendance et à la puissance de l’Europe.

L’identité avant la souveraineté

L’identité avant la souveraineté

Comme l’observait Alexandre Soljenitsyne, il est plus grave pour un peuple de perdre son identité que sa souveraineté : celle-ci étant de nature politique, on peut toujours la recouvrer. En revanche, si un peuple perd son identité, il disparaît tout simplement. Aussi, pour Ligne droite, l’impératif d’identité doit-il passer avant celui de souveraineté. Et la droite nouvelle doit se positionner, non comme souverainiste, mais comme défenseur de notre identité.