Europe

Des idées-forces pour une Europe confédérale, protectrice et souveraine

Les nations d’Europe doivent créer une Union nouvelle qui rende aux États l’essentiel de leurs prérogatives pour se consacrer à l’identité, à l’indépendance et à la puissance collective des peuples européens. Dirigée, selon le principe confédéral, par les seuls États membres, cette Union stopperait l’immigration et créerait une alliance militaire européenne qui la libèrerait de la tutelle américaine. Elle régulerait par ailleurs les échanges économiques à ses frontières et réindustrialiserait le continent tout en faisant de l’euro une monnaie qui serve l’Europe comme le dollar sert les États-Unis.

Une Europe qui réindustrialise le continent

Une Europe qui réindustrialise le continent

L’ultralibéralisme international, a provoqué un phénomène de désindustrialisation facteur d’appauvrissement et de chômage. Ligne droite, qui s’oppose à la poursuite de ce processus mortifère, considère qu’après avoir instauré une régulation des échanges à ses frontières, l’Europe doit mener une politique volontariste de réindustrialisation passant par la relocalisation des usines et la constitution d’au moins un grand groupe européen par secteur

Une Europe confédérale libérée de la bureaucratie et dirigée par les États

Une Europe confédérale libérée de la bureaucratie et dirigée par les États

À la différence des souverainistes nostalgiques, Ligne droite ne voit pas d’avenir dans la reconstitution des nations souveraines d’autrefois. Elle estime au contraire que l’Europe puissance constitue le seul moyen pour les Européens de ne pas voir disparaître leur civilisation. C’est pourquoi Ligne droite préconise de refonder l’Europe pour en faire une confédération au service de la souveraineté, de la sécurité et de la prospérité de tous les Européens.

Une Europe qui défend ses frontières et se protège de l’immigration

Une Europe qui défend ses frontières et se protège de l’immigration

L’immigration qui submerge l’Europe est encouragée par Bruxelles ainsi que par plusieurs États membres comme l’Allemagne. Ligne droite préconise de mettre un terme à cette absurdité en exigeant que l’Europe se protège de l’immigration. Une politique au demeurant parfaitement réalisable à condition de défendre les frontières extérieures de l’Union, d’agir dans les pays d’émigration pour tarir les flux et de diminuer pour les migrants l’attrait social de l’Europe.

Une Europe qui protège son économie par des écluses douanières

Une Europe qui protège son économie par des écluses douanières

L’Europe bruxelloise, en supprimant tous les obstacles aux échanges commerciaux entre l’Union et le monde extérieur a provoqué des délocalisations en nombre, un chômage de masse et un processus d’appauvrissement. Ligne droite considère en conséquence que la nouvelle Union doit suivre une voie inverse et mener une politique commerciale combative fondée sur une régulation des échanges commerciaux à ses frontières.

Une alliance militaire européenne qui se substitue à l’Otan

Une alliance militaire européenne qui se substitue à l’Otan

Depuis l’effondrement du bloc soviétique, le maintien et même l’élargissement de l’Otan n’a plus pour seule fonction que d’asseoir la tutelle américaine sur le vieux continent. Pour devenir un pôle de puissance indépendant et souverain, l’Europe doit se doter d’un instrument militaire autonome. Ligne droite propose donc que les nations membres de l’Union sortent de l’Otan et nouent entre elles une alliance militaire européenne.

Un euro au service de la puissance économique européenne

Un euro au service de la puissance économique européenne

L’euro peut susciter de légitimes interrogations au regard de la théorie économique. Mais ce serait une grave erreur politique de l’abandonner plus de quinze ans après sa mise en circulation. Ligne droite considère en conséquence qu’il faut conserver l’euro mais en changer radicalement la gestion afin d’en faire un instrument de la puissance européenne, qui serve les économies du vieux continent comme le dollar sert l’économie américaine.

Une Europe aux compétences centrées sur les grandes priorités

Une Europe aux compétences centrées sur les grandes priorités

La nouvelle Europe que Ligne droite appelle de ses vœux doit être dotée de compétences radicalement inverses de celles de l’Europe bruxelloise. Les attributions actuelles de l’Union doivent en effet, pour l’essentiel, être rendues aux États, permettant ainsi à la nouvelle Union de se concentrer sur quelques grandes priorités que Bruxelles délaisse actuellement, comme celles visant à l’indépendance et à la puissance de l’Europe.

Une alliance stratégique entre la France et les pays d’Europe de l’Est

Une alliance stratégique entre la France et les pays d’Europe de l’Est

Aujourd'hui, tout projet de refonte de l’Union allant dans le sens d’une Europe identitaire se heurterait à l’opposition de l’Allemagne et d’un certain nombre d’États membres. Aussi Ligne droite propose-t-elle la création d’une alliance entre la France et les pays de l’Est européen. Une initiative qui pourrait inverser le rapport de force au sein de l’Union, isoler l’Allemagne et ouvrir la voie à une Europe puissante et identitaire, protectrice de notre civilisation.

Le souverainisme nostalgique, une illusion aujourd’hui pour l’Europe

Le souverainisme nostalgique, une illusion aujourd’hui pour l’Europe

Face au chaos mondialiste et aux errements de l’Europe de Bruxelles, de nombreux Européens sont séduits par la tentation du souverainisme nostalgique ou du régionalisme de sécession. Pour Ligne droite, il s’agit dans les deux cas d’une mortelle illusion, car aujourd’hui, à l'heure du choc des civilisations, les nations et a fortiori les régions, si elles restent seules, n’ont plus la puissance nécessaire pour faire face aux grands États du monde multipolaire.

Le groupe des cinq grands pays européens pour remplacer le couple franco-allemand

Le groupe des cinq grands pays européens pour remplacer le couple franco-allemand

Le couple franco-allemand est devenu une figure imposée de la politique européenne. Il n’est pourtant pas favorable à la France car il renforce l’Allemagne et ses options mondialistes. Aussi Ligne droite préconise-t-elle de lui substituer le groupe des cinq grandes nations. Plus légitime, cette structure aurait l'avantage d’affaiblir la position de l’Allemagne, de placer la France en situation d’arbitre et de faciliter la réalisation du projet d’Europe puissance.