Prospérité

Des idées-forces pour apporter travail et pouvoir d’achat aux Français

Dans notre pays les acteurs économiques sont écrasés de charges et de règlements alors qu’ils subissent une concurrence sauvage venue du monde entier. Il faut donc rompre avec ce libre-échangisme qui appauvrit et désindustrialise la France et instaurer aux frontières de l’Union une régulation des échanges. Sur le marché intérieur, l’État doit en revanche alléger le poids des charges et de la bureaucratie. Une politique volontariste qui permettra de réindustrialiser le territoire et de créer de puissants groupes européens susceptibles de s’imposer sur les marchés mondiaux.

Réguler les échanges économiques aux frontières

Réguler les échanges économiques aux frontières

La dérégulation des échanges commerciaux à l’échelle du monde a provoqué en France et en Europe une augmentation du chômage, une réduction de la croissance et donc un processus d’appauvrissement. Aussi, Ligne droite est-elle favorable à une régulation des échanges commerciaux aux frontières de l’Union européenne, sous la forme d’un nouveau protectionnisme qui rétablirait la loyauté de la concurrence.

Remettre l’économie au service du peuple et de la nation

Remettre l’économie au service du peuple et de la nation

Aujourd’hui, l’économie ne sert ni la France ni les Français, car le Système lui a assigné un autre but, celui de s’adapter aux contraintes de la mondialisation. Résultat : notre pays connaît un chômage de masse et nos compatriotes subissent un appauvrissement continu. Pour Ligne droite, il faut donc que l’État retrouve la maîtrise du système de production et d’échange pour remettre à nouveau l’économie au service du bien commun.

Entre libéralisme et étatisme, adopter les principes de régulation et de liberté

Entre libéralisme et étatisme, adopter les principes de régulation et de liberté

En matière économique, Ligne droite propose deux axes essentiels. L’un exige la suprématie du pouvoir politique sur les forces économiques internationales grâce notamment à une régulation des échanges aux frontières de l'Europe. L’autre affirme la nécessité de rendre aux acteurs petits et moyens du tissu économique national leurs libertés économiques par la baisse des prélèvements obligatoires et la limitation des règlements.

Limiter les dépenses publiques et la bureaucratie

Limiter les dépenses publiques et la bureaucratie

Depuis plusieurs décennies maintenant, l’État et les collectivités publiques vivent au-dessus de leurs moyens, creusant chaque année un lourd déficit qui vient accroître toujours plus le montant abyssal de la dette française. Ligne droite estime donc indispensable de rééquilibrer enfin les comptes publics par une action en profondeur visant tout à la fois à réduire les structures administratives, à assainir leur fonctionnement à simplifier leurs missions.

Instaurer la justice et la modération fiscale

Instaurer la justice et la modération fiscale

Le poids total des impôts et des charges s’alourdit, mais il se concentre aussi sur les Français des classes moyennes et sur les PME, créant ainsi une profonde injustice. Aussi, Ligne droite considère-t-elle indispensable que l’impôt soit à nouveau payé par tous les citoyens, chacun en fonction de ses capacités contributives. Une réforme qui doit viser la justice, mais aussi la simplification et aboutir à une baisse globale des taux de prélèvement.

Mettre en œuvre une stratégie industrielle volontariste

Mettre en œuvre une stratégie industrielle volontariste

Aujourd’hui, la France et l’Europe se sont donné comme principe de ne plus intervenir sur l’appareil industriel et de s’en remettre passivement aux lois du marché, conformément à l’idéologie ultralibérale. Pendant ce temps, d’autres puissances mènent une guerre économique offensive utilisant toutes les armes à leur disposition. Ligne droite estime en conséquence que la France doit se doter d’une stratégie industrielle volontariste et conquérante.