Texte de la rubrique Identité

 

Le Système, qui repose sur l’idéologie des droits de l’homme, ne cesse de créer de nouveaux « droits » individuels. Mais, rompant avec la tradition européenne, il ignore totalement les droits collectifs. Or, l’homme n’existe pas sans appartenir à des groupes comme la famille ou la nation. Dès lors, les droits de l’homme conçus sans référence à la citoyenneté s’avèrent être une machine de guerre contre l’identité des peuples. Ligne droite dénonce cette grave dérive et se prononce pour le rétablissement des droits collectifs, à commencer par le droit à l’identité des nations européennes.

L’idéologie des droits de l’homme, individualiste et a-sociale

L’idéologie des droits de l’homme repose en effet sur un individualisme radical qui postule que les hommes disposeraient de droits, « naturellement » et indépendamment de tout ordre politique, social ou culturel. Les droits que le Système ne cesse de fabriquer sont pour cette raison avant tout des droits a-sociaux, c’est-à-dire des droits que l’on revendique contre la société, contre l’État, et finalement contre ses semblables. Ce sont en réalité des créances que le Système établit au bénéfice de certains groupes, aux dépens des autres hommes. Ainsi en est-il du prétendu « droit à l’enfant » qui ignore complètement les intérêts de ce dernier et qui conduit à sa marchandisation au profit de certains lobbies influents. Ces droits-créances introduisent en outre l’État et le pouvoir judiciaire dans la vie des gens.

L’idéologie des droits de l’homme contre l’identité des peuples européens

La Révolution française, autant pétrie de références à l’Antiquité européenne qu’à la philosophie des Lumières, équilibrait les droits de l’homme par les devoirs du citoyen. Mais la nouvelle idéologie des droits de l’homme a supprimé toute référence communautaire et holiste. Elle affirme même que les droits de l’homme seraient supérieurs à ceux du citoyen, ce qui permet, par exemple, aux magistrats de reconnaître aux immigrants, même irréguliers, des droits équivalents, voire supérieurs à ceux des nationaux. C’est en tout cas ce qu’ils font en matière de protection sociale ou d’hébergement et c’est par référence à ce principe qu’a été créée l’Aide médicale d’État qui assure aux clandestins une protection médicale gratuite et intégrale, ce dont ne disposent évidemment pas les nationaux.

L’idéologie des droits de l’homme, et en particulier le principe de « non-discrimination », devient ainsi une machine de guerre contre l’identité des peuples européens. Elle fabrique en effet un homme abstrait, aux semelles de vent, qui aurait le « droit » de s’installer où il veut quand il veut, même sur la terre des autres. C’est pourquoi l’idéologie des droits de l’homme est l’une des causes du chaos migratoire en Europe occidentale.

Des droits collectifs à côté des droits individuels

Ligne droite ne se satisfait pas de cette évolution qui constitue en réalité une trahison à l’égard de tous ceux qui, bien avant les théoriciens des Lumières, ont fait de l’Europe la terre du respect de la personne humaine. Sous l’influence conjuguée du christianisme et des philosophes grecs, c’est en effet très tôt que notre civilisation a pris en compte la notion de droits comme le montre la grande charte britannique de 1215 qui reprend de nombreux « droits » déjà présents dans les chartes plus anciennes.

Mais avec son approche purement individualiste et abstraite des droits humains, l’idéologie des droits de l’homme a rompu avec cette tradition multiséculaire. Et en niant la nature sociale et politique des hommes, elle ne peut que faire éclater les sociétés. Car l’anthropologie naïve du XVIIIe siècle (le bon sauvage et Robinson Crusoé) sur laquelle elle repose ne correspond à aucune réalité : l’homme n’existe pas en dehors d’une famille, d’un clan, d’une société et d’une culture donnés. La paléontologie nous montre que la société est aussi vieille que l’hominisation, y compris dans sa dimension religieuse.

Pour cette raison, la société d’individus interchangeables que le Système veut promouvoir n’a aucun sens et constitue d’ailleurs une contradiction dans les termes.

Le droit à l’identité, un impératif d’existence

La droite nouvelle doit donc retrouver le sens des droits et des libertés collectives sans lesquelles l’humanité ne serait qu’une chimère. Les droits individuels ne sont pas à remettre en cause, mais ils doivent être complétés et équilibrés par l’affirmation des droits communautaires et civilisationnels de l’homme, ceux-là même que le Système a injustement abolis. Aussi faut-il, comme l’on reconnaît « le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes », reconnaître et garantir le droit des peuples à préserver leur identité. Le premier des droits de l’homme n’est-il pas de pouvoir vivre dans la société de ses semblables, hors de laquelle il ne pourrait survivre ?

La déclaration africaine des droits affirme d’ailleurs déjà ce principe, en particulier contre la prétention des Occidentaux à imposer leur modèle partout. L’Unesco reconnaît aussi ce principe en rangeant certaines traditions au rang de « patrimoine mondial de l’humanité ». Les Européens ont donc le droit d’invoquer ce principe tout comme les autres peuples et d’exiger que l’on régule les flux migratoires au même titre que les flux économiques.

Le respect du droit à l’identité, un facteur de paix

Ce principe se trouve aussi particulièrement en phase avec la multipolarité du monde actuel. Si l’on veut en effet éviter la guerre de tous contre tous, il faut respecter le droit à l’identité de chacun et préserver l’intégrité des grandes aires civilisationnelles. Une intégrité qui n’exclut pas l’échange et le dialogue, bien au contraire, car, si tout devient pareil partout, il n’y a plus d’intérêt à l’échange. Aussi cette exigence devrait-elle s’imposer à tous, y compris à l’Occident lui-même qui devra dès lors changer d’attitude. Car il ne pourra prétendre lutter contre le projet d’un califat mondial au nom du droit à l’identité s’il ne met pas un terme à sa prétention d’imposer son idéologie aux autres, que ce soit par la force ou par le marché.

La droite nouvelle est donc fondée à promouvoir le droit à l’identité, au même titre que les autres droits humains. Tout le monde, sauf les cosmopolites occidentaux, peut se reconnaître dans le droit des peuples à protéger leur identité, culturelle, religieuse ou ethnique. C’est un principe d’équilibre qui préserve la richesse de l’humanité, laquelle réside autant dans sa diversité que dans son unité.

Crédit photo : Maurice von Mosel via Flickr cc