Texte de la rubrique Stratégie

 

La droite nouvelle ne doit pas tomber dans les erreurs du populisme. Aussi doit-elle chercher à représenter le peuple dans sa globalité et donc à ne pas se couper des élites. Ligne droite considère en conséquence que la droite nouvelle doit adopter parmi ses axes stratégiques celui de rechercher le soutien d’une partie des élites, notamment au sein du monde économique, de la fonction publique et du milieu intellectuel et culturel.

Reconnaître les élites véritables et se tourner vers elles

La dénonciation des projets liberticides de la superclasse mondiale ne doit pas en effet conduire la droite nouvelle à s’enferrer dans un discours populiste obtus, dressant un peuple mythifié contre ses élites présentées comme toutes corrompues. Ligne droite récuse ce vieux discours de haine sociale qui provient en réalité de la gauche et qui ne peut qu’accentuer la désagrégation de notre société.

Au demeurant, ce schéma ne correspond pas à la réalité. On peut en effet considérer que les membres de l’oligarchie qui renient leurs attaches et ne servent ni notre nation ni notre civilisation ne constituent pas une élite au sens noble du terme. En revanche, les responsables qui conçoivent leur position sociale élevée comme assortie d’une obligation de service envers la collectivité à laquelle ils appartiennent, forment bien quant à eux des élites authentiques. Des élites qui œuvrent au bien commun grâce au talent de leurs membres, à leur créativité ou à leur industrie. Ces élites véritables sont d’ailleurs bien souvent ignorées par le Système qui les méprise, les écrase de sa bureaucratie et de ses charges ou les pousse à l’expatriation. Aussi la droite nouvelle doit-elle développer à leur intention une stratégie propre à les séduire et à leur rendre espoir.

À l’écoute des élites du monde économique

Pour ce faire, elle doit d’abord se préoccuper de tous ceux, entrepreneurs, chercheurs, cadres et manageurs, qui se trouvent en première ligne dans la guerre économique, abandonnés au milieu du chaos mondialiste par le Système, lequel semble s’intéresser surtout aux dirigeants des grandes firmes mondialisées.

Pour apporter une réponse crédible à leurs inquiétudes, la droite nouvelle est porteuse d’une vision d’envergure. Alors que le Système n’a d’autres projets que d’adapter sans cesse l’économie française à la globalisation, la droite nouvelle entend ériger l’Europe en un pôle de puissance, assurer la protection de son économie par une régulation des échanges commerciaux à ses frontières et mener une politique industrielle volontariste. Autant de changements qui pourraient séduire les élites économiques, surtout s’ils sont accompagnés, comme le prévoit la droite nouvelle, d’une politique de réduction des charges et des règlements propre à faciliter leur action.

Renouer avec les élites de la fonction publique

La stratégie de la droite nouvelle doit l’amener par ailleurs à tenir un nouveau discours à l’égard des élites de la fonction publique. Celles-ci sont en effet les premières victimes des politiques de privatisation et de déconstruction des outils de la régulation étatique. Elles se trouvent en première ligne dans le maintien d’un semblant de cohésion sociale, au milieu du chaos libéral, libertaire et migratoire. Toutes, elles ont été trompées et manipulées par les fausses promesses de la gauche, que ce soient les forces de sécurité, les fonctionnaires de l’éducation nationale ou ceux du monde hospitalier notamment.

Au contraire de la vieille droite, ralliée sans imagination à l’idéologie libérale qui ne voyait dans les fonctionnaires que des dépenses improductives à faire disparaître, la droite nouvelle prône un renforcement des fonctions régaliennes de l’État. Elle préconise pour ce faire des agents publics mieux formés, mieux motivés, mieux équipés et mieux défendus dans l’exercice de leurs missions. Portées par une vision du rôle de l’État dans le monde d’aujourd’hui, ces orientations, qui répondent aux préoccupations des cadres de la fonction publique et rendent un sens à leur mission, devraient les rapprocher de la droite nouvelle.

La droite pour le renouveau de la culture

Dans sa stratégie en direction des élites, celle-ci doit aussi tendre la main aux intellectuels de notre pays.

Pendant longtemps la gauche a exercé son imperium sur le monde de l’art, de la culture et de l’enseignement. Mais cette domination s’érode progressivement car la gauche ralliée au néo-capitalisme ne fait plus rêver personne. Pis, le désastre qu’elle a provoqué dans l’enseignement notamment lui aliène un nombre croissant de ses anciens soutiens. Elle ne se maintient dans ce milieu que par la force du conformisme et le poids des intérêts. Cependant, beaucoup d’artistes, de créateurs ou de penseurs ne supportent plus la tyrannie du politiquement correct et du conformisme de la déconstruction.

La vieille droite avait abandonné le terrain culturel à la gauche ainsi qu’aux blockbusters américains. Il est temps que la droite nouvelle reprenne l’offensive culturelle contre le Système : en incarnant le renouvellement des valeurs et de l’identité de notre civilisation, elle peut rendre l’espoir à de nombreux créateurs. D’autant que la droite nouvelle doit représenter aussi le retour à la liberté de création et de recherche, face à un Système qui impose partout son conformisme étouffant et castrateur. En prônant ainsi la rupture avec le politiquement correct et la libération de la création artistique et intellectuelle, la droite nouvelle se met en situation de séduire une partie des élites culturelles.

 

Au-delà des élites existantes, la droite nouvelle doit enfin chercher à en rallier de nouvelles. Pour assurer le renouveau de notre civilisation, d’autres élites devront émerger à mesure que s’estompera le totalitarisme du Système. Des élites à même de servir de modèles pour tous les Européens : à la droite nouvelle de les mettre en mouvement.

Crédit photo : drslump via Flickr cc