Texte de la rubrique Les axes

 

Ce sont une vingtaine de mesures phares qui permettront de concrétiser le grand changement préconisé par Ligne droite. Certes, beaucoup d’autres mesures, évoquées par ailleurs dans le logiciel de la droite nouvelle, seront nécessaires pour assurer le renouveau de la France et de l’Europe. Mais les dispositions qui suivent sont essentielles de par l’impact qui sera le leur et l’effet de levier qu’elles provoqueront.

Rendre possible le grand changement

Les premières mesures à prendre peuvent paraître secondaires mais elles revêtent en réalité une importance considérable car, sans elles, les autres réformes seraient rejetées comme politiquement incorrectes par la justice et les médias. Afin de rendre possible le grand changement, il est donc capital de remettre à leur place les juges et les journalistes et de revenir sur les mécanismes juridiques qui leur ont permis de prendre le pouvoir dans notre pays.

Réformer le Conseil constitutionnel : la priorité consistera dès lors à empêcher le Conseil constitutionnel d’invalider les lois qu’il juge non conformes à la pensée unique. À cette fin, une réforme constitutionnelle instaurera un droit de recours de ses décisions par le président de la République qui soumettra la question litigieuse à référendum ou à un vote ultime de l’Assemblée nationale, laissant dans tous les cas le dernier mot au peuple ou à ses représentants.

Libérer la France de la Cour européenne des droits de l’homme : dans le même esprit, notre pays quittera la Cour européenne des droits de l’homme. Une institution irresponsable qui sécrète une jurisprudence politiquement correcte contraire aux intérêts nationaux. Ce désengagement sera effectif sur simple déclaration en application de l’article 58 de la Convention européenne des droits de l’homme.

Rétablir la suprématie de la loi sur les traités : pour achever de libérer l’exécutif du carcan juridique mis en place par le Système, la réforme constitutionnelle devra prévoir également de rendre aux lois une force juridique supérieure à celle des traités internationaux. Une disposition qui rompra le lien de subordination qui existe aujourd’hui entre Paris et l’eurocratie bruxelloise.

Imposer le pluralisme aux médias : il conviendra par ailleurs de libérer la France de l’emprise des médias en imposant le pluralisme dans leurs rangs. Il s’agira notamment de mettre en place un mode de financement des organes de presse, de radio et de télévision qui favorise la diversité des lignes éditoriales.

Libérer les médias de tout contrôle idéologique : le CSA, qui assure actuellement une tutelle très politiquement correcte sur les chaînes de radio et de télévision, sera, quant à lui, transformé dans sa composition comme dans ses missions. Interdit de tout contrôle idéologique, il devra œuvrer à la liberté et au pluralisme de l’expression audiovisuelle.

Abroger les lois liberticides : pour en finir avec le totalitarisme mou mis en place par le Système, les lois qui brident la liberté d’expression sous prétexte de protection mémorielle ou de lutte contre les discriminations seront purement et simplement abrogées.

Sauvegarder notre identité

Les grands principes démocratiques de liberté, de séparation des pouvoirs et de souveraineté du peuple étant rétablis, la priorité sera donnée à la défense de notre identité.

Stopper l’immigration : l’immigration, quelle qu’en soit la forme, sera stoppée pendant dix ans par une loi d’exception qui abrogera toutes les dispositions par lesquelles les immigrés viennent s’installer sur notre sol, y compris le regroupement familial et l’asile.

Cantonner l’islam dans la sphère privée : s’agissant de l’islam, à bien des égards incompatible avec nos valeurs de civilisation, ses pratiquants ne seront plus autorisés à s’exprimer en dehors de la sphère privée. Pour préserver notre identité, toutes les manifestations publiques de l’islam, comme le port du voile, les prières de rue ou les repas hallal dans les cantines, seront prohibées.

Instaurer la préférence civilisationnelle : parallèlement, sera mise en place une préférence de civilisation consistant à privilégier systématiquement notre civilisation européenne dans toutes les décisions de l’État, que ce soit notamment par la promotion d’un patriotisme européen, par la priorité donnée au christianisme ou la préférence accordée aux Européens en Europe.

Réhabiliter nos valeurs

Avec notre identité, ce sont aussi nos valeurs menacées de déconstruction qu’il conviendra de sauvegarder par trois mesures stratégiques.

L’excellence et la sélection pour l’enseignement : capital pour l’avenir, le système d’enseignement sera refondé selon le principe de l’excellence. Un enseignement d’exigence sera mis en place pour former l’intelligence et inculquer des connaissances. Il s’agira de réenraciner les élèves dans leur nation et leur civilisation et de rétablir la chaîne de transmission des savoirs. La sélection sera par ailleurs réintroduite pour permettre à chacun de trouver la place qui lui convient au mieux de ses capacités.

La priorité aux familles : de son côté, la famille, qui assure la pérennité démographique du pays ainsi que la transmission de ses valeurs, sera de nouveau favorisée tant par les prestations qui lui seront réservées que par la reconnaissance dont elle bénéficiera au sein de la société.

Rétablir le mariage : pendant plus de quatre mille ans de civilisation européenne, le mariage a été conçu comme l’union d’un homme et d’une femme pour procréer et fonder une famille. Ayant donc dénaturé cette institution essentielle, la loi Taubira sera abrogée.

Restaurer la prospérité

La sauvegarde de notre identité et de nos valeurs devra s’accompagner d’actions énergiques en faveur de la prospérité des Français elle aussi gravement compromise. Le processus d’appauvrissement qu’ils subissent devra donc être stoppé par trois mesures phares.

Réguler les échanges aux frontières : d’abord, il conviendra d’en finir avec le libre-échangisme mondial qui provoque la désindustrialisation de notre pays et y développe un chômage massif et endémique. Une régulation des échanges économiques devra donc être mise en place aux frontières de l’Union afin de supprimer le dumping social, fiscal, monétaire et écologique qui pénalise nos entreprises.

Réduire les prélèvements et les règlements : dans le même temps, une plus grande liberté sera offerte aux acteurs économiques sur le marché intérieur. Afin de faciliter et d’encourager leur activité, les impôts seront réduits et la réglementation allégée.

Déployer une stratégie industrielle volontariste : enfin, une stratégie industrielle volontariste associant pouvoirs publics et entreprises privées sera mise en place pour réindustrialiser la France et créer de grands groupes français ou européens de dimension mondiale.

Rétablir l’ordre et la sécurité

Toutes ces mesures essentielles au redressement de la France resteraient cependant vaines si, dans le même temps, la sécurité n’était pas rétablie dans notre pays.

Reconstruire un État fort : pour remettre de l’ordre en France, il faut d’abord reconstituer un État fort. C’est-à-dire un État qui n’hésite pas à utiliser la contrainte pour faire respecter la loi par ceux qui le défient. Cela passe notamment par une justice recentrée sur sa mission première, par un renforcement significatif de la police qui doit devenir un corps d’élite ainsi que par l’augmentation importante du potentiel des armées.

Reprendre le contrôle des zones de non-droit : l’État doit notamment reprendre le contrôle de l’ensemble du territoire. Les zones de non-droit constituent à cet égard des marques de faiblesse insupportables et doivent donc être réintégrées dans la République par des opérations énergiques, systématiques et volontaristes.

Rétablir les frontières : dans cet esprit, il convient aussi de rétablir les frontières de notre pays. Fonctionnant comme des filtres qui laissent passer ce qui est bénéfique tout en arrêtant ce qui est néfaste, elles sont indispensables à notre protection. Aussi faudra-t-il dénoncer Schengen et remettre en place les frontières de la France aussi longtemps que les frontières extérieures de l’Union ne seront pas correctement gardées.

Créer une Europe puissance

Toutes ces mesures permettront d’assurer la renaissance de notre pays, mais elles ne lui donneront pas la force qui lui serait nécessaire pour faire face seule au choc des civilisations. Aussi doit-elle s’unir aux autres pays européens pour constituer avec eux un pôle de puissance capable de s’imposer dans le monde multipolaire d’aujourd’hui.

Pour une France moteur de l’Europe : la France au cœur du vieux continent doit donc œuvrer à l’émergence d’une Europe puissante, indépendante et souveraine. Pour ce faire, elle doit nouer des alliances à l’Est, faire rêver les peuples, créer un rapport de force favorable et obtenir la refondation de l’Union.

Pour une confédération européenne :  l’Union actuelle doit en effet être refondée pour laisser la place à une confédération dirigée par les seuls États. Celle-ci devra rendre aux nations leurs compétences ordinaires pour se concentrer sur l’essentiel, à savoir l’arrêt de toute immigration, la création d’une alliance militaire européenne se substituant à l’Otan, la régulation des échanges économiques mondiaux, la réindustrialisation du continent et la réforme de l’euro pour en faire un instrument de la prospérité et de la puissance européenne.

Pour un nouvel ordre multipolaire : ainsi refondée, l’Union européenne pourra faire émerger un nouvel ordre multipolaire qui remplacerait l’imperium américain par le condominium des grandes puissances planétaires et substituerait à l’ultralibéralisme mondial une régulation des échanges entre les grands ensembles économiques homogènes.

Bien d’autres dispositions seront nécessaires pour assurer le grand changement, mais ce sont ces mesures phares qui pourront commencer à le concrétiser avec le plus d’efficacité et de célérité.

 

Crédit photo : Diego_torres via Pixabay cco