Une page de la rubrique Ligne droite

 

Tous les textes du groupe Ligne droite définissent les principes fondateurs d’une politique alternative pour la France et l’Europe qui soit fidèle à notre identité et à nos valeurs tout en s’appuyant sur les réalités du monde d’aujourd’hui. Une synthèse bénéfique entre nos traditions et la modernité qui fait la force de la ligne droite que nous voulons tracer.

 

L’état du pays

Menaces sur notre identité, nos valeurs
et notre prospérité

Le chaos mondialiste provoque appauvrissement, inégalités et précarité

Le libre-échangisme mondialiste que préconisent les tenants du Système n’a pas provoqué les effets bénéfiques qu’ils avaient pourtant promis. Il est à l’origine de la désindustrialisation, du chômage de masse, de la détérioration des services publics et de l’explosion de la fiscalité. Il a accentué les inégalités sociales, augmentant le nombre de pauvres et fragilisant les classes moyennes, pour le seul bénéfice des affidés du parti de Davos.

L’immigration de peuplement conduit à une catastrophe civilisationnelle

L’oligarchie ne cesse de nous vanter les mérites des immigrés. Mais l’immigration est massive, elle ne s’assimile pas, elle provoque un éclatement territorial et culturel et mène à l’islamisation de notre pays. Bref, elle change la France et conduit les Français à ne plus se sentir chez eux dans leur propre pays. L’immigration de peuplement est peut-être une chance pour les immigrés, mais c’est une catastrophe pour la France et pour l’Europe.

Notre pays connaît un processus d’islamisation qui pourrait être fatal

Portés par leur dynamisme migratoire et démographique, les musulmans présents en France multiplient les revendications dans le but de vivre sur notre sol comme en terre d’islam. Une situation inquiétante que les responsables du Système ont délibérément laissée s’installer. Aujourd’hui, ils semblent avoir baissé les bras face à l’islam. Résultat : notre pays subit un processus d’islamisation qui pourrait le conduire au pire.

Nos valeurs sont sapées par une entreprise idéologique de déconstruction

Notre identité civilisationnelle n’est pas seulement menacée par les flux migratoires, elle est également compromise par l’idéologie du Système. Celle-ci se manifeste par une entreprise de déconstruction, qui prétend libérer l’homme des normes traditionnelles et qui pour ce faire cherche à les détruire. Mais elle s’exprime aussi par un relativisme militant qui considère que tout se vaut, et qui, à ce titre, délégitime toutes nos valeurs.

La France est soumise à un Système oligarchique qui détruit la démocratie

Aujourd’hui en France, le pouvoir ne vient plus du peuple, il a été confisqué par un Système qui impose à tous son idéologie politiquement correcte attentatoire à notre identité et à nos valeurs. Véhiculée par des médias omnipotents, voulue par le grand patronat mondialisé, défendue par le pouvoir judiciaire, mise en œuvre par l’administration et les eurocrates de Bruxelles, cette pensée unique est portée par une oligarchie toute puissante. Dès lors, la France n’est plus vraiment une démocratie ni les Français des citoyens libres. Sur chaque sujet important, il n’y a plus qu’une opinion autorisée, celle de l’oligarchie qui désigne la voie à suivre, au mépris des institutions et des principes de la République.

l’Europe bruxelloise paralyse et dissout notre pays

L’organisation bruxelloise relève à bien des égards d’une imposture. Censée unir l’Europe pour rendre les peuples et les nations qui la composent plus forts et plus prospères, elle poursuit en réalité un objectif idéologique qui va à l’encontre de leurs intérêts. Elle les soumet à une bureaucratie tentaculaire qui les paralyse et, plus grave encore, à une doctrine mondialiste qui les dissout. Elle porte de ce fait une lourde responsabilité dans le déclin qui les frappe.

La culture de la repentance affaiblit le mental de la nation

Depuis quelques décennies maintenant, les dirigeants de la France, devenus des adeptes de la repentance collective, recherchent dans son passé tous les épisodes susceptibles d’être utilisés pour la culpabiliser. Une telle démarche ne peut qu’altérer notre identité, développer la haine collective de soi et désagréger la communauté nationale. Profondément malsaine, la pratique incessante de la repentance affaiblit le mental de la nation.

Le féminisme militant accentue le processus de déconstruction des valeurs

Le féminisme est aujourd’hui allé au-delà de ses revendications sur l’égalité des droits pour devenir un agent de déconstruction des valeurs de notre civilisation. En même temps qu’il nie la dimension maternelle de la nature féminine, il cherche à émasculer les hommes et, ce faisant, à déstabiliser la société. Utilisant l’argument égalitariste pour subvertir la nation, le féminisme combat la famille et participe au suicide démographique de notre peuple.

Les Français subissent un totalitarisme mou qui compromet leurs libertés

Le Système qui s’est imposé en Occident, et singulièrement en Europe de l’Ouest, depuis la chute du communisme, incarne une forme singulière de totalitarisme : le totalitarisme mou qui s’exerce au nom de la « libération » de l’homme prônée par l’idéologie néolibérale et libertaire de l’oligarchie. Les Français sont donc victimes d’une supercherie qui déconstruit leur société, les plonge dans le chaos et leur fait subir une forme larvée de répression.

Le Bien Commun s’efface devant la montée d’un individualisme radical

Dans notre pays l’idéologie dominante repose sur le concept des droits de l’homme, lequel ignore la dimension sociale et politique des personnes. Il génère de ce fait un individualisme radical qui déconstruit tout ce qui relève du collectif et conduit au chaos économique, social et sécuritaire. Poussé jusqu’à l’extrême, il détruit la notion même de bien commun et provoque le déclin de notre nation comme de notre civilisation.

Avec le Vivre ensemble, le Système a-t-il renoncé à la France ?

« Vivre ensemble », tel est le nouveau mot d’ordre du Système et de ses porte-parole politiques et médiatiques. Face aux problèmes de cohabitation engendrés par l’immigration, face à la pression identitaire de l’islam, le Vivre ensemble est la nouvelle réponse de nos dirigeants. La question qui se pose alors est de savoir s’ils sont conscients que la logique de ce concept aboutit à la création d’un nouveau pays en lieu et place de la France.

 

La situation politique

La gauche domine, la droite a disparu,
le Système est renforcé, où est la droite nouvelle ?

Le PS cède la place à une nouvelle gauche incarnée par Macron

À l’élection présidentielle du printemps 2017, le PS a connu une défaite historique qui a permis aux observateurs d’annoncer sa mort et, avec elle, celle de la gauche française. Les mêmes ont également salué le renouveau politique incarné par la République en marche qui ne serait ni de droite ni de gauche. La réalité est que cette force, créée par Emmanuel Macron, incarne une Nouvelle Gauche, une gauche rénovée et triomphante, totalement dévouée au Système.

Avec Macron, le Système n’a jamais été aussi puissant

Issu du Système et mandaté par lui, M. Macron possède un pouvoir qu’aucun président n’a jamais eu car il dispose non seulement du pouvoir politique mais aussi de celui du Système avec les médias, la justice et le monde économique, sans compter la confusion qu’il jette dans l’esprit des Français pour mieux abuser ses adversaires. Avec lui, le Système, qui n’a jamais été aussi fort, peut à travers le président, réaliser son programme sans coup férir.

La nouvelle gauche de Macron radicalise la politique du Système

Durant la campagne présidentielle de 2017, Emmanuel Macron, désireux d’incarner le renouveau, a eu l’habileté de cacher le détail de son programme. Affirmant tout et son contraire (« en même temps ») et se prétendant « ni de droite ni de gauche », il a réussi, avec la complicité des médias, à tromper ses électeurs. Car Emmanuel Macron n’incarne en aucune façon le renouveau politique qu’attendaient nos concitoyens. Il a été choisi et soutenu pour servir le Système et c’est ce qu’il va faire, mieux encore que tous ses prédécesseurs.

La droite républicaine demeure soumise à la pensée unique

La droite « républicaine » a cessé d’exister lorsque son candidat à la présidentielle a été éliminé dès le premier tour d’une élection réputée imperdable. Un échec, dont la cause a été spectaculairement révélée par l’appel de François Fillon à voter immédiatement et sans réserve pour Emmanuel Macron. Cette droite est morte parce qu’elle a ignoré son héritage et ses valeurs, pour se soumettre politiquement et idéologiquement à la gauche.

La droite nationale reste prisonnière de ses idées passéistes

La « droite nationale » s’est fracassée le 3 mai 2017 avec la prestation de Marine Le Pen lors du débat télévisé qui l’opposait à Emmanuel Macron. Son insuccès n’est cependant pas dû exclusivement à cette contre-performance car la droite nationale s’était fourvoyée avec la mise en sourdine de la question identitaire, avec la présentation d’un programme économique et social dépassé et l’affichage d’un souverainisme nostalgique.

La droite nouvelle doit sortir du politiquement correct, miser sur les classes moyennes et voir le monde tel qu’il est

Depuis leur élection, M. Macron et la Nouvelle Gauche occupent tout le champ de la pensée unique. Dès lors, pour construire une alternative véritable, la droite doit sortir du politiquement correct et proposer un projet de rupture avec le Système. Elle doit aussi reconstituer sa base électorale en s’appuyant sur les classes moyennes et populaires et porter une vision qui prenne en compte le monde multipolaire d’aujourd’hui.

 

La vision géopolitique

Retrouver identité, indépendance et puissance
par l’Europe

Prendre en compte le choc des civilisations comme une menace pour l’Europe

Beaucoup n’ont pas pris en compte la dimension multipolaire du monde d’aujourd’hui et rejettent l’idée même du choc des civilisations. Ligne droite considère au contraire cet antagonisme comme une réalité incontournable qui voit la plupart des civilisations mondiales s’opposer à l’Europe. Avec l’immigration, le terrorisme, la concurrence économique sauvage ou la colonisation culturelle, elles menacent la survie même de notre civilisation.

A l’heure du choc des civilisations, affirmer la dimension européenne de notre identité

Alors que le monde multipolaire qui caractérise dorénavant le XXIe siècle provoque un choc des civilisations entre les grandes puissances dominantes, la sauvegarde de la civilisation européenne devient un impératif majeur. C’est pourquoi Ligne droite estime essentiel que la droite nouvelle soit porteuse d’une vision de notre identité qui aille au-delà de la nation française pour prendre en compte sa dimension européenne. Une vision qui devrait se concrétiser par la volonté d’instaurer une préférence civilisationnelle et de susciter l’émergence d’un patriotisme européen.

Dans le monde multipolaire d’aujourd’hui, ériger l’Europe en un pôle de puissance

Dans le monde multipolaire du XXIe siècle, dominé par les grandes puissances continentales et civilisationnelles, les anciennes nations d’Europe ne sont plus en mesure de s’imposer. Quant à l’organisation de Bruxelles qui les rassemble, loin de les renforcer, elle les dissout, les soumet et les désarme. Aussi Ligne droite considère-t-elle comme essentiel d’ériger l’Europe en un pôle de puissance qui rendrait aux peuples européens leur indépendance et leur souveraineté collective. Une nouvelle vision de l’Europe qui lui permettrait de s’adapter au monde d’aujourd’hui et donc d’y retrouver une place éminente.

Organiser l’Europe pour assurer son indépendance, son identité et sa puissance

L’Europe bruxelloise est une machine kafkaïenne qui se préoccupe de tout ce que les États pourraient gérer seuls alors qu’elle délaisse les missions qu’ils ne sont plus en mesure d’exercer isolément. Ligne droite estime que l’Union devrait en conséquence se consacrer aux grands objectifs qui permettront d’ériger l’Europe en un pôle de puissance et qui concernent l’indépendance, la sécurité et l’identité de l’Europe et des nations qui la composent.

Œuvrer à un Nouvel équilibre planétaire fondé sur la régulation des échanges

La notion de communauté internationale, très utilisée par les diplomates occidentaux, n’est qu’un artifice pour légitimer la politique étrangère des États-Unis souvent contraire aux intérêts européens. Aussi notre pays devrait-il, selon Ligne droite, contester l’organisation actuelle des relations internationales et œuvrer à un « nouvel équilibre planétaire » ancré dans le monde multipolaire d’aujourd’hui et axé sur la régulation des échanges.

 

Les ambitions collectives

Rendre confiance, fierté et espoir
à la communauté nationale

Porter le destin collectif de la nation au-delà des droits et obligations des individus

La politique ne consiste pas à s’occuper prioritairement de la vie quotidienne des gens. Car la politique au sens noble du terme ne porte pas d’abord sur le sort des individus mais sur le destin de la communauté qu’ils forment. Aussi Ligne droite estime-t-elle essentiel de remettre la communauté nationale au cœur de la vie politique, qu’il s’agisse du comportement des dirigeants, de leurs objectifs, des règles qu’ils appliquent ou de la vision qu’ils portent.

Réconcilier notre pays avec l’ambition et la fierté

En France, du fait de la repentance et de l’autoculpabilisation, le sentiment de fierté n’existe plus. Dès lors, les Français n’ont plus d’ambition collective et semblent menacés de déclin. Aussi Ligne droite estime-t-elle indispensable que notre pays renoue avec les périodes glorieuses de son histoire et se dote, avec le projet d’Europe puissance, d’une grande ambition qui pourrait le ramener sur le devant de la scène mondiale.

Assurer la primauté du bien commun sur les intérêts privés

Sous l’influence des idéologies néolibérale, libertaire et  droits-de-l’hommiste, les principes sur lesquels reposait notre système politique ont été progressivement pervertis, ce qui a conduit à une dictature des intérêts particuliers et au désordre politique et social. Ligne droite dénonce cette évolution mortifère et considère que la France doit se donner comme grande ambition de rétablir la primauté du Bien commun.

Rétablir la souveraineté du politique face aux forces économiques

La doxa néo-libérale et libertaire cherche à nous faire croire que la réduction du domaine du politique constituait un progrès et que l’affaiblissement des États Nations garantirait nos libertés et nos « droits ». Nous savons aujourd’hui qu’il n’en est rien. C’est pourquoi Ligne droite estime indispensable que notre pays se fixe comme grande ambition collective de réhabiliter le politique et de rétablir sa suprématie sur les forces économiques.

Faire de la France le catalyseur de la transformation de l’Europe

Placée au cœur du continent, la France occupe une position géopolitique tellement centrale qu’on ne peut imaginer l’Europe sans elle. À la fois maritime et continentale, elle fait aussi le lien entre les pays du Nord et ceux du Sud. Aussi Ligne droite considère-t-elle que notre nation est la mieux placée pour être le catalyseur du projet d’Europe puissance. Un projet qui doit même devenir l’une de ses grandes ambitions collectives.

 

Le positionnement

À droite, contre le Système et le mondialisme,
pour l’identité, la nation et l’Europe

L’identité avant la souveraineté

Comme le faisait remarquer le grand dissident soviétique Alexandre Soljenitsyne, il est plus grave pour un peuple de perdre son identité que sa souveraineté : la souveraineté étant de nature politique, on peut toujours la recouvrer un jour, comme le montrent la Russie et les pays de l’ex-pacte de Varsovie. En revanche, si un peuple perd son identité, il disparaît tout simplement. Aussi, pour Ligne droite, l’impératif d’identité doit-il passer avant celui de souveraineté. Et la droite nouvelle doit se positionner clairement, non comme souverainiste, mais comme défenseur de notre identité.

A droite contre le mondialisme

Le clivage gauche/droite a changé de nature. Il porte désormais non plus sur la question de la propriété privée des moyens de production, mais sur celle de l’identité. Aussi la droite nouvelle doit-elle se positionner clairement à droite comme défenseur de notre identité face à la menace mondialiste.

La nation, mais aussi la civilisation

La nation est en danger et il faut la protéger. Mais, dans le monde multipolaire d’aujourd’hui, ce n’est qu’en constituant un pôle de puissance que les nations européennes pourront défendre leur civilisation et s’assurer un avenir digne de leur histoire. Aussi Ligne droite estime-t-elle indispensable que la droite nouvelle se positionne comme une force attachée non seulement à la France mais aussi à l’Europe et à sa civilisation.

Incarner l’alternative au Système

Le Système incarne aujourd’hui à travers la Nouvelle Gauche, les médias, la justice et le grand patronat, le pouvoir réel dans notre pays. Informel et invisible, il entraîne la France sur la voie tracée par son idéologie ultralibérale, mondialiste et déconstructiviste. La droite nouvelle, qui représente la seule véritable opposition à cette entreprise politique délétère, doit donc, selon Ligne droite, se positionner comme l’alternative au Système.

À l’écoute du peuple, pas des médias

La droite de gouvernement a perdu la confiance de son électorat car elle s’est soumise à la dictature politiquement correcte de la médiacratie. Une médiacratie coupée du peuple qui n’informe plus mais qui sert le Système. La droite nouvelle ne doit donc pas tomber dans cette erreur et Ligne droite estime en conséquence qu’il lui faut se positionner contre le pouvoir médiatique, en soutien du peuple et à l’écoute des Français.

Construire au delà du populisme

Le populisme a le vent en poupe en Europe et suscite partout des débats passionnés. Ligne droite, pour sa part, voit dans ce phénomène un symptôme intéressant à prendre en compte mais non un modèle politique à imiter. La droite nouvelle doit en effet se fixer pour objectif de gouverner et, pour ce faire, il lui faut réunir les compétences nécessaires et surtout représenter le peuple dans ses différentes composantes, depuis les classes populaires jusqu’aux classes dirigeantes. La droite nouvelle doit donc se positionner au-delà du populisme.

Oui aux accords entre les droites

L’interdit lancé pour empêcher la droite dite républicaine de passer des accords électoraux avec la droite dite nationale a durablement servi la gauche et le Système. Aujourd’hui, sur les ruines laissées à droite par l’élection présidentielle, l’annonce d’accords électoraux pour battre la Nouvelle Gauche pourrait amorcer la rénovation de la droite. Ligne droite préconise en tout cas que la droite nouvelle se positionne en faveur de tels accords.

 

Les libertés

Des idées forces pour rétablir la souveraineté des Français

Rétablir l’État comme incarnation et garant du bien commun

La nation n’est pas seulement un conglomérat d’individus et la politique ne doit pas se préoccuper exclusivement de leurs droits et obligations. Prenant en compte la communauté qu’ils forment, elle doit définir, affirmer et défendre le bien commun conçu comme le salut du peuple et l’intérêt supérieur de la nation. Et c’est cet idéal incarné par l’État et soutenu par une dynamique populaire que la droite nouvelle doit faire prévaloir.

Rendre aux Français la plénitude de leurs libertés individuelles

Aujourd’hui les Français ne jouissent plus d’une liberté pleine et entière mais vivent dans une post-démocratie qui s’apparente à un totalitarisme larvé. Ligne droite estime en conséquence essentiel de rétablir les libertés. Elle préconise à cette fin de restaurer la démocratie, de mettre fin à la dictature des minorités comme au gouvernement des juges, mais aussi de garantir la liberté d’expression, de restaurer la sécurité et de desserrer le carcan fiscal.

Abolir le gouvernement des juges

Les représentants du Système, qui se réfèrent sans cesse à l’État de droit, prétendent qu’il garantit la liberté des Français. La réalité est cependant très différente, car l’État de droit, c’est le gouvernement des juges, une dérive institutionnelle qui détruit la souveraineté du peuple et compromet la démocratie. Pour Ligne droite, il est donc essentiel de remettre la justice à sa place et d’en finir avec la suprématie des juges.

En finir avec la censure idéologique des lois par le Conseil constitutionnel

Parmi les contre-pouvoirs qui réduisent les prérogatives du gouvernement et du parlement, le Conseil constitutionnel est le plus puissant. Fonctionnant comme un tribunal idéologique, il censure toutes les lois non conformes à la pensée unique. Pour rétablir la démocratie, Ligne droite préconise donc d’instaurer une procédure d’appel des décisions du Conseil constitutionnel qui donne le dernier mot aux Français et à ses représentants.

Libérer la France de la Cour européenne des droits de l’homme

La Cour européenne des droits de l’homme occupe aujourd’hui une position stratégique dans le dispositif qui assure la prééminence du pouvoir judiciaire sur le pouvoir politique. Aussi Ligne droite, considérant cette instance comme un danger pour la démocratie et l’indépendance nationale, propose-t-elle que la droite nouvelle au pouvoir invoque l’article 58 de la Convention pour faire sortir la France de cette funeste institution.

Empêcher la justice d’interférer sur l’action de l’exécutif et du législatif

En France, le pouvoir judiciaire ne se contente plus de faire appliquer la loi mais cherche à la modifier selon ses vues, de même qu’il n’hésite pas à gêner les actions du gouvernement qui ne lui conviennent pas. Ligne droite dénonce cette situation qui met en cause la démocratie et la souveraineté du peuple. Aussi la droite nouvelle devra-t-elle rétablir la stricte séparation des pouvoirs entre le judiciaire d’une part le législatif et l’exécutif de l’autre.

A VENIR :

Mettre un terme à la dictature des minorités

 

L’identité

Des idées forces pour défendre notre héritage

Expliciter et proclamer la richesse de l’identité française

Le Système réduit notre identité à un simple panel de prétendues valeurs. Aussi Ligne droite estime-t-elle indispensable que celle-ci soit dès lors clairement explicitée. La France, c’est un peuple européen, une culture d’origine gréco-romaine, une religion chrétienne, un territoire au cœur de l’Europe, le tout sublimé par une histoire qui a fait de notre nation sinon la première sur le continent, en tout cas la synthèse la plus accomplie du monde européen.

Prendre conscience de la réalité de l’identité européenne

L’identité européenne est une réalité très forte qui fait de l’Europe, non pas une nation mais une quasi-nation. En tout cas une civilisation qui se trouve être la plus féconde sur la planète. Ayant inventé la liberté, pratiquant le sens de la mesure, elle respecte les personnes et s’engage dans des entreprises prométhéennes qui l’ont amenée à créer, découvrir et conquérir comme aucune autre. Une identité dont il faut être conscient et qu’il faut proclamer.

À l’heure de la prolifération des droits, exiger le droit à l’identité

Le Système ne cesse de créer de nouveaux « droits » individuels mais il ignore les droits collectifs. Or, l’homme n’existe pas sans appartenir à des groupes comme la famille ou la nation. Dès lors, les droits sans référence à la citoyenneté s’avèrent être une machine de guerre contre l’identité des peuples. Ligne droite dénonce cette dérive et demande le rétablissement des droits collectifs, à commencer par le droit à l’identité des nations européennes.

Stopper toute nouvelle immigration

L’immigration n’est plus une chance pour la France. Aujourd’hui, personne sur la scène politique n’ose plus vanter les mérites de ce phénomène tant sont évidents les troubles qu’il crée au sein de la société. Mais dans le même temps, personne n’apporte de solution à ce problème qui ne cesse dès lors de s’amplifier et de s’aggraver. Pour Ligne droite, il est donc urgent de prendre une mesure de sauvegarde qui devrait s’imposer d’elle-même : stopper toute nouvelle immigration.

Libérer l’espace public de l’emprise de l’islam

L’islam étend chaque jour un peu plus son emprise sur l’Europe et notamment sur notre pays. Ce phénomène nouveau menace l’identité de notre civilisation et provoque des troubles civils grandissants. Aussi Ligne droite estime-t-elle nécessaire d’ouvrir enfin les yeux sur ce danger majeur et de prendre des mesures énergiques pour repousser l’islam en dehors de l’espace public.

Assurer la préférence nationale et civilisationnelle

Ligne droite estime nécessaire de mettre en œuvre le principe de préférence sans lequel aucun groupe ne peut exister dans la durée. Elle préconise donc la préférence nationale, une mesure juridique qui pourrait assurer en France la priorité aux Français. Mais Ligne droite se prononce aussi pour la préférence civilisationnelle, une politique gouvernementale visant à favoriser toutes les composantes de notre civilisation.

Revendiquer notre héritage chrétien, une composante importante de l’identité européenne

L’oligarchie rejette les racines chrétiennes de notre civilisation. Pourtant, l’histoire, la culture et l’esprit de notre nation sont imprégnés de christianisme, preuve que ce dernier est bien une composante de notre identité. Ligne droite estime en conséquence que nos racines chrétiennes, qui font partie de notre héritage, doivent, en dehors de toute considération religieuse, être reconnues, revendiquées et assumées.

Affirmer le principe de laïcité comme la séparation des Églises et de l’État, non comme l’égalité des religions

Normalement, la laïcité devrait conduire à contester l’islam qui est réfractaire à la séparation du politique et du religieux. Mais en introduisant dans le concept de laïcité une notion d’égalité des religions, les responsables de la classe politique et médiatique en viennent à placer sur le même plan le christianisme et l’islam. Ce faisant, ils assurent la promotion de ce dernier tout en dévalorisant notre identité chrétienne.

A VENIR :

Ne pas céder à l’offensive culturelle anglo-saxonne

 

L’autorité

Des idées forces pour protéger les Français

Reprendre le contrôle des zones de non-droit

Parmi les nombreuses formes que prend l’insécurité dans notre pays, les cités sensibles sont sans doute les plus préoccupantes en raison de l’accumulation des actes délictueux ou criminels qui y sont commis, mais aussi parce que c’est clairement l’autorité, voire la souveraineté, de l’État français qui y sont bafouées. Aussi Ligne droite estime-t-elle indispensable que notre nation reprenne le contrôle des zones de non-droit.

En finir avec le terrorisme islamiste

Au-delà de ses propos guerriers contre le terrorisme, rien n’est fait par le pouvoir qui soit à la hauteur de l’enjeu. Pour Ligne droite il convient de stopper toute nouvelle immigration, de contenir l’islam hors de l’espace public et de retrouver la fierté de ce que nous sommes. Ce n’est que sous ces trois conditions que toutes les mesures répressives qui sont à amplifier considérablement pourront produire leurs effets et ramener la paix dans notre pays.

Rétablir la frontière comme filtre de protection bénéfique et vital

La frontière est aujourd’hui systématiquement présentée par les tenants du Système comme une réalité malsaine, cause d’exclusions, d’enfermement et de conflits, dont il faudrait donc se défaire au plus vite. A l’inverse, Ligne droite considère la frontière comme une protection indispensable à la défense de notre nation et de notre civilisation. Une protection aussi essentielle que la porte d’une maison que l’on ferme aux intrus et que l’on ouvre aux amis.

Mettre fin aux injustices envers la police

Parce que les délinquants sont vus par le Système comme des victimes de la société, la police qui a la charge de les réprimer est dès lors mise en accusation au moindre incident. Dépourvue de moyens, sans soutien, la police, qui effectue une mission difficile et dangereuse, est donc victime d’une scandaleuse injustice. Ligne droite estime en conséquence qu’il faut la réhabiliter et en faire un corps d’élite, respecté et correctement équipé.

Instaurer un nouveau service national obligatoire

La création d’une armée de métier a permis à la France de jouer un rôle de gendarme sur la scène internationale. Un engagement qui, au fil du temps, est passé avant la défense de la France et la protection de sa population. De plus l’arrêt de la conscription a fait perdre aux Français l’idée que si un citoyen a des droits, il a aussi des devoirs. C’est pourquoi Ligne droite propose de recréer un service national obligatoire de neuf mois.

Replacer l’armée au cœur de la nation

Aujourd’hui, tout se passe comme si l’armée ne comptait plus. Or, même en temps de paix, l’armée a une fonction importante à exercer au bénéfice de la nation. Elle incarne sa puissance et sa volonté de survivre et maintient vivantes les grandes vertus, tels le courage ou le sens de l’honneur, dont notre pays a besoin. Aussi Ligne droite estime-t-elle nécessaire de renforcer l’armée, de la rendre visible, de lui donner la parole, bref de la replacer au cœur de la nation.

Assurer la sécurité de la France par la création d’une alliance militaire européenne

L’Otan a assuré la protection de l’Europe pendant toute la période de la guerre froide. Mais maintenant que l’URSS a disparu, l’Otan n’est plus qu’un instrument de la domination américaine sur les États européens. Aussi Ligne droite estime-t-elle l’heure venue de bâtir l’Europe de la défense et de créer une alliance militaire européenne indépendante et puissante, seul moyen d’assurer la sécurité à venir des nations d’Europe.

A VENIR :

Reconstruire un État fort

 

L’harmonie

Des idées forces pour pérenniser notre civilisation

L’harmonie, une caractéristique essentielle de notre civilisation

L’harmonie est sans conteste l’une des caractéristiques les plus emblématiques de notre civilisation. Car elle correspond à un ordre social équilibré qui agence les êtres et les choses au service du bien commun et qui s’appuie sur les valeurs fondatrices de notre civilisation. Aussi Ligne droite estime qu’il n’y aura pas de renaissance si l’ordre et les valeurs propres à l’harmonie ne s’imposent pas à nouveau au sein de notre nation.

Un enseignement enraciné qui rétablisse la chaîne de transmission des savoirs

L’école a normalement pour mission de transmettre les connaissances constitutives de notre culture. Malheureusement, ce n’est plus le cas aujourd‘hui car les « pédagos » qui dirigent l’institution scolaire ont entrepris de déconstruire notre héritage civilisationnel en vue de créer un homme nouveau coupé de son passé. Ligne droite souhaite reconstruire un enseignement d’avenir où le savoir se fonde sur l’héritage de notre civilisation.

La sélection dans le système éducatif pour donner sa place à chacun

Depuis des décennies, la classe politique se refuse à envisager ouvertement la sélection à l’entrée de l’université. Celle-ci serait anti-républicaine, anti-sociale et finalement amorale. Pour Ligne droite, au contraire, la sélection est un moyen vertueux permettant à chacun de trouver dans le système éducatif une place qui soit conforme à ses goûts et à ses capacités.

Les familles pour favoriser la vie et assurer l’avenir de notre civilisation

En démantelant la politique familiale de l’après la guerre, le Système a laissé s’affaisser la natalité française, en même temps qu’il a contribué à détruire l’équilibre de notre société. C’est pourquoi Ligne droite propose une action en faveur des familles et de la démographie. Réservée aux Français et aux Européens, elle devrait apporter aux familles un statut social reconnu, un soutien financier important et un environnement favorable à l’accueil de la vie.

Le mariage, une institution restée inchangée depuis plus de 4000 ans

L’institution du mariage, telle qu’elle existe dans notre civilisation depuis plus de quatre mille ans, consiste en l’union d’un homme et d’une femme pour donner naissance à des enfants et former une famille. Avec la loi sur le « mariage pour tous », la gauche n’a donc pas accordé le mariage aux homosexuels, elle a transformé le mariage traditionnel en pacs. Ligne droite estime dès lors nécessaire d’abroger la loi Taubira (sans effet rétroactif) et de s’opposer à la GPA ainsi qu’à la PMA pour les couples homosexuels.

A VENIR :


Des principes pour instaurer l’harmonie au sein de la société

 

La prospérité

Des idées forces pour apporter travail et pouvoir d’achat aux Français

Remettre l’économie au service du peuple et de la nation

Aujourd’hui, l’économie ne sert ni la France ni les Français, car le Système lui a assigné un autre but, celui de s’adapter aux contraintes de la mondialisation. Résultat : notre pays connaît un chômage de masse et nos compatriotes subissent un appauvrissement continu. Pour Ligne droite, il faut donc que l’État retrouve la maîtrise du système de production et d’échange pour remettre à nouveau l’économie au service du bien commun.

Entre libéralisme et étatisme, adopter les principes de régulation et de liberté

En matière économique, Ligne droite propose deux axes essentiels. L’un exige la suprématie du pouvoir politique sur les forces économiques internationales grâce notamment à une régulation des échanges aux frontières de l’Europe. L’autre affirme la nécessité de rendre aux acteurs petits et moyens du tissu économique national leurs libertés économiques par la baisse des prélèvements obligatoires et la limitation des règlements.

Réguler les échanges économiques mondiaux

L’ultralibéralisme international et la dérégulation des échanges commerciaux à l’échelle du monde ont provoqué en France et en Europe une augmentation massive du chômage, une réduction de la croissance et donc un processus d’appauvrissement qui vient contredire les affirmations péremptoires du Système selon lesquelles la mondialisation économique serait bénéfique. Aussi, désireuse de réunir les conditions d’un retour de la prospérité dans notre pays, Ligne droite est-elle favorable à une régulation des échanges commerciaux aux frontières de l’Union européenne, sous la forme d’un nouveau protectionnisme qui rétablirait la loyauté de la concurrence.

Limiter les dépenses publiques et la bureaucratie

Depuis plusieurs décennies maintenant, l’État et les collectivités publiques vivent au-dessus de leurs moyens, creusant chaque année un lourd déficit qui vient accroître toujours plus le montant abyssal de la dette française. Ligne droite estime donc indispensable de rééquilibrer enfin les comptes publics par une action en profondeur visant tout à la fois à réduire les structures administratives, à assainir leur fonctionnement à simplifier leurs missions.

Instaurer la justice et la modération fiscale

Le poids total des impôts et des charges s’alourdit, mais il se concentre aussi sur les Français des classes moyennes et sur les PME, créant ainsi une profonde injustice. Aussi, Ligne droite considère-t-elle indispensable que l’impôt soit à nouveau payé par tous les citoyens, chacun en fonction de ses capacités contributives. Une réforme qui doit viser la justice, mais aussi la simplification et aboutir à une baisse globale des taux de prélèvement.

Mettre en œuvre une stratégie industrielle volontariste

Aujourd’hui, la France et l’Europe se sont donné comme principe de ne plus intervenir sur l’appareil industriel et de s’en remettre passivement aux lois du marché, conformément à l’idéologie ultralibérale. Pendant ce temps, d’autres puissances mènent une guerre économique offensive utilisant toutes les armes à leur disposition. Ligne droite estime en conséquence que la France doit se doter d’une stratégie industrielle volontariste et conquérante.

 

La fraternité

Des idées forces pour rétablir la cohésion nationale

Mettre un terme à la fragmentation de la France

La mise en œuvre de l’idéologie libre-échangiste et immigrationniste a eu pour effet de fragmenter la société française et de marginaliser les classes populaires et moyennes. Une évolution que Ligne droite entend combattre par une grande politique de cohésion nationale.

Enrayer le processus d’appauvrissement des Français

La dérégulation des échanges commerciaux a provoqué en France une perte de richesse significative, en partie camouflée aux yeux des Français par le recours à l’endettement. Aujourd’hui, cette pratique trouve cependant ses limites et conduit le Système, qui ne veut pas renoncer à l’ultralibéralisme international, à accepter l’appauvrissement et même à l’organiser. Refusant cette logique délétère, Ligne droite veut au contraire rétablir une régulation aux frontières de l’Europe et réindustrialiser le continent, seuls moyens d’enrayer le processus d’appauvrissement des Français.

Privilégier les classes moyennes pour redonner corps au peuple français

Aujourd’hui, dans notre pays, le peuple semble avoir disparu. Il ne reste plus qu’une société, au demeurant fragmentée et divisée, qui paraît ignorer la France. Pour redonner corps au peuple français, Ligne droite préconise de sortir les classes moyennes et populaires de la marginalité dans laquelle le Système les enferme. Elles constituent la majorité silencieuse, elles incarnent le peuple, elles doivent être à nouveau prioritaires.

Permettre à chacun de vivre décemment des fruits de son travail

Alors que la Sécurité sociale est un système d’assurance et de prévoyance sain qui subordonne la prestation à une cotisation, le principe de l’assistanat crée pour beaucoup une situation de dépendance et d’oisiveté dommageable tant au plan individuel que collectif. Aussi l’objectif d’une vraie politique sociale devrait viser, selon Ligne droite, à libérer les personnes de l’assistanat pour leur permettre de vivre décemment des fruits de leur travail.

 

L’expansion

Des idées-forces pour ouvrir un avenir à la France et à l’Europe

L’expansion, une nécessité vitale pour éviter le déclin

La France et l’Europe ont presque toujours connu l’expansion. Aujourd’hui ce sont les pays émergents qui sont en plein développement et notre nation qui parait immobilisée. Une paralysie très grave car les nations sont comme les êtres vivants en croissance ou en régression. Aussi pour rejeter le déclin, Ligne droite préconise-t-elle que la France renoue avec l’expansion. Une expansion nouvelle adaptée aux réalités du monde d’aujourd’hui.

Une écologie de civilisation en lieu et place de l’écologisme punitif

L’écologisme punitif fait partie intégrante du politiquement correct. Il tire en effet prétexte du réchauffement climatique pour faire avancer les projets mondialistes et déconstructivistes du Système. Face à cette manipulation, Ligne droite préconise une écologie de civilisation capable de protéger notre environnement des excès de l’ultralibéralisme international comme de sauvegarder l’humanité dans toute sa diversité.

La mondialisation, un frein à la résolution des problèmes environnementaux

L’impératif écologique est toujours présenté comme un enjeu mondial qui ne pourrait trouver de solution qu’à l’échelle mondiale. Pourtant, par la faiblesse de ses règles et l’importance des transports qu’il génère, le libre échangisme international, aggrave la pollution et freine la mise en œuvre des solutions aux problèmes écologiques. Ligne droite préconise dès lors le retour au principe de régulation, un dispositif qui serait bénéfique pour l’environnement.

La judiciarisation du principe de précaution, un risque  de régression civilisationnelle

Le principe de précaution, maintenant inscrit dans la Constitution, représente une arme redoutable entre les mains des écologistes pour s’opposer aux projets qu’ils refusent. Il ne peut donc que freiner le progrès et contrarier le génie européen qui a toujours cultivé une démarche prométhéenne d’invention et de connaissance. Ligne droite dénonce en conséquence cette sacralisation du principe de précaution et demande qu’il soit retiré de la Constitution.

La science, seule réponse aux défis environnementaux

Face aux problèmes bien réels que posent le développement des pollutions et la raréfaction des ressources, les écologistes voudraient imposer une espèce de retour vers le passé. Rien n’est plus absurde, car les difficultés résultent davantage de l’effet de masse que des techniques utilisées. Aussi Ligne droite considère-t-elle que la solution doit venir du progrès scientifique et que l’Europe doit s’affirmer comme leader mondial dans ce domaine.

La promotion de l’intelligence artificielle mais le refus du transhumanisme

Le développement des nouvelles technologies peut être une chance pour la France et l’Europe si ces mutations sont vécues comme un progrès et si les structures économiques et étatiques s’y investissent pleinement. En contrepartie, il est essentiel de fixer des limites éthiques à l’utilisation de ces techniques. Si elles doivent servir les hommes, elles ne doivent pas chercher à les transformer sous prétexte de les améliorer. Le transhumanisme est à proscrire.

Une politique énergétique fondée, non sur le retour en arrière, mais sur l’innovation

Jusqu’à présent, la France a répondu au défi énergétique par le développement du nucléaire, une démarche audacieuse aujourd’hui remise en cause par les écologistes. Pour l’avenr, Ligne droite considère qu’il est certes nécessaire de lutter contre les gaspillages et de multiplier les économies. Mais elle estime que c’est dans l’innovation scientifique et technique que la France et l’humanité trouveront les solutions au problème de l’énergie.

A VENIR :

L’expansion, une nécessité vitale pour éviter le déclin

 

L’Europe puissance

Des idées forces pour une Europe confédérale,
protectrice et souveraine

Une Europe confédérale libérée de la bureaucratie et dirigée par les États

À la différence des souverainistes nostalgiques, Ligne droite ne voit pas d’avenir dans la reconstitution des nations souveraines d’autrefois. Elle estime au contraire que l’Europe puissance constitue le seul moyen pour les Européens de ne pas voir disparaître leur civilisation. Car, dans ce siècle multipolaire, qui est désormais le nôtre, seules les grandes puissances auront la maîtrise de leur destin. C’est pourquoi Ligne droite préconise de refonder l’Europe pour en faire une confédération au service de la souveraineté, de la sécurité et de la prospérité de tous les Européens.

Une Europe aux compétences centrées sur les grandes priorités

La nouvelle Europe que Ligne droite appelle de ses vœux doit être dotée de compétences radicalement inverses de celles de l’Europe bruxelloise. Les attributions actuelles de l’Union doivent en effet, pour l’essentiel, être rendues aux États, permettant ainsi à la nouvelle Union de se concentrer sur quelques grandes priorités que Bruxelles délaisse actuellement, comme celles visant à l’indépendance et à la puissance de l’Europe.

Une Europe qui se protège de l’immigration

L’immigration qui submerge l’Europe est encouragée par Bruxelles ainsi que par plusieurs États membres comme l’Allemagne. Ligne droite préconise de mettre un terme à cette absurdité en exigeant que l’Europe se protège de l’immigration. Une politique au demeurant parfaitement réalisable à condition de défendre les frontières extérieures de l’Union, d’agir dans les pays d’émigration pour tarir les flux et de diminuer pour les migrants l’attrait social de l’Europe.

Une Europe qui protège son économie par des écluses douanières

L’Europe bruxelloise, en supprimant tous les obstacles aux échanges commerciaux entre l’Union et le monde extérieur, a exposé les entreprises européennes à une concurrence sauvage et déloyale. Ce faisant, elle a provoqué des délocalisations en grand nombre, créé un chômage de masse et initié un processus d’appauvrissement des Européens. Ligne droite considère en conséquence que la nouvelle Union doit suivre une voie inverse et mener une politique commerciale combative fondée sur une régulation des échanges commerciaux à ses frontières.

Une Europe qui réindustrialise le continent

L’ultralibéralisme international, a provoqué un phénomène de désindustrialisation facteur d’appauvrissement et de chômage. Ligne droite, qui s’oppose à la poursuite de ce processus mortifère, considère qu’après avoir instauré une régulation des échanges à ses frontières, l’Europe doit mener une politique volontariste de réindustrialisation passant par la relocalisation des usines et la constitution d’au moins un grand groupe européen par secteur.

Un euro au service de la puissance économique européenne

L’euro, qui est un instrument de stabilité monétaire des économies européennes, fait paradoxalement l’objet de débats tumultueux depuis sa création par le traité de Maastricht en 1992. En 2017 encore, lors de l’élection présidentielle, certains candidats ont fait campagne pour le retour au franc. Ligne droite estime pour sa part qu’il faut conserver l’euro mais en changer radicalement la gestion afin d’en faire un instrument de la puissance européenne, susceptible de servir les économies du vieux continent comme le dollar sert l’économie américaine.

Une alliance militaire européenne qui se substitue à l’Otan

Depuis l’effondrement du bloc soviétique, le maintien et même l’élargissement de l’Otan n’a plus pour seule fonction que d’asseoir la tutelle américaine sur le vieux continent. Pour devenir un pôle de puissance indépendant et souverain, l’Europe doit se doter d’un instrument militaire autonome. Ligne droite propose donc que les nations membres de l’Union sortent de l’Otan et nouent entre elles une alliance militaire européenne.

Faire de la France le catalyseur de la transformation de l’Europe

Placée au cœur du continent, la France occupe une position géopolitique tellement centrale qu’on ne peut imaginer l’Europe sans elle. À la fois maritime et continentale, elle fait aussi le lien entre les pays du Nord et ceux du Sud. Aussi Ligne droite considère-t-elle que notre nation est la mieux placée pour être le catalyseur du projet d’Europe puissance. Un projet qui doit même devenir l’une de ses grandes ambitions collectives.

Le groupe des cinq grands pays européens pour remplacer le couple franco-allemand

Le couple franco-allemand est devenu une figure imposée de la politique européenne. Il n’est pourtant pas favorable à la France car il renforce l’Allemagne et ses options mondialistes. Aussi Ligne droite préconise-t-elle de lui substituer le groupe des cinq grandes nations. Plus légitime, cette structure aurait l’avantage d’affaiblir la position de l’Allemagne, de placer la France en situation d’arbitre et de faciliter la réalisation du projet d’Europe puissance.

Le souverainisme nostalgique, une illusion aujourd’hui pour Europe

Face au chaos mondialiste et aux errements de l’Europe de Bruxelles, de nombreux Européens sont séduits par la tentation du souverainisme nostalgique ou du régionalisme de sécession. Pour Ligne droite, il s’agit dans les deux cas d’une mortelle illusion, car aujourd’hui, les nations et a fortiori les régions, si elles restent seules, n’ont plus la puissance nécessaire pour faire face aux grands États du monde multipolaire.

 

Un nouvel ordre multipolaire

Des idées forces pour un nouvel équilibre mondial

Œuvrer à un nouvel ordre multipolaire fondé sur la régulation

La notion de communauté internationale, très utilisée par les diplomates occidentaux, n’est qu’un artifice pour légitimer la politique étrangère des États-Unis souvent contraire aux intérêts européens. Aussi notre pays devrait-il, selon Ligne droite, contester l’organisation actuelle des relations internationales et œuvrer à un « nouvel équilibre planétaire » ancré dans le monde multipolaire d’aujourd’hui et axé sur la régulation des échanges.

Une diplomatie fondée non sur le moralisme mais sur le droit des peuples

La diplomatie française introduit souvent dans son discours une dimension affective et moralisatrice qui peut conduire à des impasses quand ce n’est pas à des désastres. Ligne droite estime que la France doit renoncer à cette pratique et fonder son action diplomatique sur quelques principes rationnels et légitimes, comme le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes.

L’Europe, non plus vassale mais partenaire d’égal à égal avec les États-Unis

En dépit de leur appartenance originelle à une même civilisation, les relations entre l’Europe et les États-Unis doivent être entièrement revues. Les Américains poursuivent en effet des buts qui sont de moins en moins compatibles avec les intérêts européens. Pour s’ériger en pôle de puissance et retrouver son indépendance, l’Europe doit donc s’affranchir de la tutelle américaine et instaurer avec les États-Unis une relation d’égal à égal.

Russie : en finir avec la guerre froide

Pour les États-Unis et l’Otan, tout se passe comme si le bloc soviétique ne s’était pas effondré et qu’il faille maintenir une stratégie agressive à l’égard de la Russie. Ligne droite n’accepte pas cette prolongation artificielle de la guerre froide qui s’oppose aux intérêts stratégiques et civilisationnels des Européens et menace la paix sur le vieux continent.

Une nouvelle politique arabe fondée sur la clarté, le respect, la réciprocité et l’exigence

La France n’a plus depuis longtemps de politique arabe. Et pour cause, elle n’a plus comme seul axe diplomatique que de faire du commerce et de prêcher la démocratie et les droits de l’homme. Ligne droite déplore cet effacement de la France et estime en conséquence nécessaire de redonner à la diplomatie française dans cette partie du monde quelques axes politiques forts fondés sur la clarté, le respect, la réciprocité et l’exigence.

A VENIR :

Une alliance stratégique entre la France et les pays d’Europe de l’Est

 

La stratégie

Attaquer, rassembler et s’imposer

Désigner la nouvelle gauche comme l’adversaire principal

Face à la Nouvelle Gauche immigrationniste, libre-échangiste et déconstructiviste, les Français défenseurs de leur identité, partisans de la régulation et attachés aux valeurs doivent se regrouper autour de la droite nouvelle. Le nouveau clivage droite/gauche ainsi formé doit, selon Ligne droite, déterminer sans ambiguïté la stratégie de la droite nouvelle. Une stratégie dont le premier axe consiste à désigner la Nouvelle Gauche comme l’ennemi politique principal.

Mobiliser l’opinion publique contre le Système

Dans son combat pour notre peuple et notre civilisation, la droite nouvelle se heurtera au Système qui dirige notre pays. Fonctionnant comme une oligarchie, il impose son idéologie politiquement correcte, diabolisant les opinions dissidentes et marginalisant le peuple. Afin de contrer son pouvoir, Ligne droite préconise pour la droite nouvelle une stratégie visant à dresser l’opinion publique contre lui en le faisant connaître pour ce qu’il est.

Stigmatiser les projets oligarchiques du cartel de Davos

Parce qu’elle défend l’identité, les valeurs et les intérêts de la France et de l’Europe, la droite nouvelle ne pourra que s’opposer à la superclasse mondiale. Celle-ci, qui dispose à travers le Système d’un pouvoir d’influence considérable, œuvre en effet à la mondialisation et à la déconstruction de notre société. La droite nouvelle devra donc, selon Ligne droite, chercher à affaiblir cette superclasse en la dénonçant auprès des Français.

S’appuyer sur les classes moyennes et populaires

Les Français des classes moyennes et populaires qui ont été ignorés et pénalisés par le Système se trouvent aujourd’hui idéologiquement proches de la droite nouvelle. Celle-ci devrait donc, selon Ligne droite, prendre en compte et défendre cette fraction de la population et se fixer comme objectif stratégique d’en faire sa base électorale, une base qui, avec du travail et du temps, pourrait redevenir majoritaire.

Rallier les acteurs économiques indépendants

Les acteurs économiques indépendants peuvent légitimement se plaindre des gouvernements du Système qui les pénalisent par des charges et des règlements toujours plus lourds. La droite nouvelle, de son côté, porteuse d’une politique économique favorable à l’initiative et à l’entreprise, est en mesure de répondre à leurs aspirations. Ligne droite propose en conséquence que la droite nouvelle se fixe comme axe stratégique de les rallier à sa démarche.

Tendre la main aux Français de la Manif pour tous

Les Français de la Manif pour tous représentent une force de mobilisation et d’influence capable de se faire entendre. Mais, dans leur combat pour la défense des valeurs, ils ne disposent pas aujourd’hui de relais politique. La droite nouvelle, qui partage beaucoup de leurs options et qui attache une grande importance à nos valeurs de civilisation, pourrait donc recueillir leur soutien. À charge pour elle de les prendre en considération et de leur tendre la main.

Séduire une partie des élites

La droite nouvelle ne doit pas tomber dans les erreurs du populisme. Aussi doit-elle chercher à représenter le peuple dans sa globalité et donc à ne pas se couper des élites. Ligne droite considère en conséquence que la droite nouvelle doit adopter parmi ses axes stratégiques celui de rechercher le soutien d’une partie des élites, notamment au sein du monde économique, de la fonction publique et du milieu intellectuel et culturel.

Accepter des alliances pour gouverner

Dans sa stratégie de conquête du pouvoir, la droite nouvelle doit accepter le principe d’accords politiques lui permettant de battre la Nouvelle Gauche et de se constituer une majorité pour réaliser son projet. Ligne droite considère en conséquence que la droite nouvelle doit proposer pragmatiquement l’un ou l’autre des différents types d’accord politique possibles en utilisant chaque fois la formule la mieux adaptée aux circonstances.

Ignorer la diabolisation et accuser les diabolisateurs

Avec la diabolisation la Nouvelle Gauche dispose d’un processus totalitaire de mise en accusation des opposants qui lui assure une suprématie intellectuelle, morale et finalement politique au sein de la société française. Elle constitue donc une arme essentielle du Système pour imposer par la force son projet de déconstruction de notre identité et de nos valeurs. Ligne droite considère en conséquence que la droite nouvelle doit se doter d’une stratégie appropriée pour neutraliser au mieux ces attaques.

 

 

L’action militante

S’engager pour ses idées, combattre ses adversaires, défendre son pays

Établir des rapports de force qui sapent les positions du politiquement correct

Pour la droite nouvelle, l’arrivée au pouvoir ne viendra pas seulement d’une victoire électorale, elle devra aussi être le fruit d’une action militante visant à créer de nouveaux rapports de force qui lui soient favorables. Aujourd’hui, la Nouvelle Gauche tient tous les pouvoirs, Ligne droite estime donc nécessaire de la combattre partout où elle est présente en utilisant pour ce faire les méthodes du combat culturel bien connues depuis Gramsci.

Créer une synergie militante, idéologique et culturelle à droite

Quand les partis n’ont comme seule activité que leur participation aux élections, beaucoup de Français de droite prennent des initiatives en dehors des appareils politiques et multiplient les combats concrets contre le Système. Ligne droite estime en conséquence que la droite nouvelle doit s’engager à leur côté et s’imposer comme un pôle idéologique et culturel capable de démultiplier les initiatives citoyennes et de créer des synergies militantes.

Limiter l’influence des médias en informant les Français sur les techniques de désinformation

Les Français le savent, les médias pratiquent la désinformation et la manipulation. Leurs méthodes sont cependant assez subtiles pour tromper nos compatriotes, même lorsqu’ils sont circonspects. Aussi serait-il nécessaire de les informer sur les techniques employées par les désinformateurs afin qu’ils puissent les décrypter. Ligne droite estime dès lors souhaitable que les militants de la droite nouvelle s’attèlent à cette tâche auprès des Français.

Connaître l’essence du politique

Parmi les causes qui expliquent la crise du politique dans notre pays, il y a sans conteste la méconnaissance de la nature profonde du politique. Une méconnaissance qui touche la population tout entière, mais qui affecte aussi ceux qui s’engagent en politique, qu’ils soient simples adhérents ou élus. Ligne droite estime donc nécessaire que les militants de la droite nouvelle soient initiés à ce qui fait la spécificité du politique et donc à sa nature profonde.

Observer les règles du combat politique

La politique est un domaine très spécifique qui répond à ses propres impératifs. On ne pratique pas en effet la politique comme on exerce une activité dans une entreprise ou dans une administration. La politique obéit à des règles propres, différentes de celles des autres secteurs de la vie sociale. Ligne droite estime donc important que, pour être efficaces, les militants de la droite nouvelle les connaissent et les appliquent.

Quadriller le terrain pour rester en phase avec nos concitoyens

Dominés par le Système et obnubilés par les médias, les partis politiques se sont progressivement coupés des Français au point d’ignorer leurs problèmes et de mépriser leurs aspirations. Tournant le dos à cette attitude oligarchique, la droite nouvelle devra rester en phase avec nos concitoyens en étant présente sur le terrain par l’intermédiaire de ses militants et de ses cadres et cela de façon permanente et systématique, par tous les moyens possibles.

A VENIR

Éviter les dérives idéologique, opportuniste ou gestionnaire

 

La méthode gouvernementale

Agir plutôt que communiquer

La volonté de rendre du pouvoir au pouvoir

Si la droite nouvelle arrivait aujourd’hui au pouvoir, elle n’aurait pas le pouvoir de mettre en œuvre son projet. Pour Ligne droite, sa première priorité devrait donc être de reconquérir le pouvoir, c’est-à-dire de retrouver une capacité d’agir que les présidents et les gouvernements qui se sont succédé ont progressivement perdue au profit de Bruxelles, des juges et des médias.

Un président qui garde le cap, un premier Ministre qui gère le quotidien

Avec la constitution de la Ve République le chef du gouvernement peine souvent à trouver sa place à côté du chef de l’État. Aussi, certains voudraient-ils supprimer cette dualité qu’ils jugent archaïque. Ligne droite considère au contraire qu’elle peut être bénéfique pour l’exécutif si elle permet au président de se consacrer entièrement à son projet dès lors qu’il serait libéré des contraintes du quotidien par un premier ministre qui les prendrait en charge.

Un programme de réformes préparé avant l’arrivée au pouvoir

Compte tenu de l’état dramatique de notre pays, il n’est pas possible de concevoir l’action gouvernementale comme un exercice administratif. Le faire, c’est céder au politiquement correct et aggraver le déclin de la France. Aussi, Ligne droite préconise-t-elle pour la droite nouvelle une approche combattante de l’exercice du pouvoir qui exige que le plan de bataille du quinquennat soit mis au point avant la prise de fonction.

Une détermination qui ignore les sondages, les médias et les votes locaux

Une fois aux commandes de l’État, la droite nouvelle se heurtera inévitablement à de fortes oppositions pour mettre en œuvre son projet, des oppositions venant des partis politiques adverses, mais aussi du Système dans son ensemble. Aussi, Ligne droite estime-t-elle nécessaire que les dirigeants de la droite nouvelle se préparent en conséquence et adoptent préalablement à leur arrivée au pouvoir une détermination à toute épreuve.

Un gouvernement resserré pour agir plutôt que communiquer

La composition du gouvernement est naturellement un acte politique important qui engage l’avenir. Aussi doit-il être constitué non pour l’effet médiatique qu’il produit dans l’instant, mais pour son aptitude à être efficace dans la durée. Dans cet esprit, Ligne droite considère que le gouvernement de la droite nouvelle devrait être composé d’un nombre réduit de personnalités choisies pour leur savoir-faire politique et technique ainsi que pour leur dévouement à la mission qui leur est confiée.

Un discours gouvernemental clair et cohérent

Trop souvent l’action gouvernementale se trouve perturbée par des déclarations contradictoires qui discréditent le pouvoir et affaiblissent sa légitimité. Pour éviter de tels cafouillages, la droite nouvelle doit se préparer très en amont. Elle doit notamment obtenir des futurs responsables un engagement sans faille, établir des règles strictes et créer une culture du combattant politique fondée sur l’esprit de solidarité et de discipline.

Des réformes massives menées rapidement et simultanément

La droite nouvelle arrivant au pouvoir se heurtera à de grandes difficultés. Le Système, qui se trouvera alors menacé, utilisera en effet tous les moyens à sa disposition pour la contrer. Face à ces tentatives de blocage, la droite nouvelle ne sera pas pour autant démunie, car des méthodes de gouvernement existent pour circonvenir ces oppositions. Ligne droite préconise dans cet esprit des réformes massives menées rapidement et simultanément.

Des moyens pour libérer  le pouvoir de l’emprise des médias

Les dirigeants de la droite nouvelle arrivant aux responsabilités seront immédiatement confrontés au pouvoir médiatique. Ce dernier se trouvera en opposition frontale avec les nouveaux dirigeants et utilisera tous les moyens à sa disposition pour tenter de les faire échouer. Aussi, Ligne droite estime-t-elle indispensable que le nouveau gouvernement prenne des mesures énergiques pour se dégager le plus vite possible de l’emprise des médias.

 

Le vocabulaire

Des mots pour gagner

Les mots pour désigner nos adversaires et leurs idées

La bataille politique est aussi une bataille idéologique dans laquelle les mots revêtent une importance capitale. Dans cet esprit, il faut désigner les idées et les buts de la gauche par des mots qui les dévalorisent et en montrent la nocivité. Ainsi par exemple convient-il d’utiliser le terme de gouvernement des juges pour dénoncer le rôle des magistrats qui veulent dominer les politiques et s’ériger en gardiens de la pensée unique.

Les mots pour promouvoir nos valeurs et nos concepts

Parce que la bataille politique est aussi idéologique, les mots prononcés dans ce cadre revêtent une importance capitale. Aussi Ligne droite juge-t-elle nécessaire de les utiliser avec discernement. Il convient notamment de faire un large usage des mots qui expriment les idées et les concepts de la droite. En utilisant par exemple les termes “identité”, “oligarchie” ou “Système”, la droite nouvelle ne peut que faire avancer ses analyses et ses projets.

Les mots qu’utilise le Système pour manipuler l’opinion

La sinistre prévision de George Orwell, dans son roman 1984, est devenue réalité : le Système manipule le sens des mots pour essayer de cacher la réalité. La novlangue du pouvoir, inversant les valeurs, présente en effet positivement les résultats souvent catastrophiques de sa politique et diabolise ceux qui s’y opposent. Ligne droite dénonce ce processus totalitaire et invite les Français à décrypter les mots trompeurs dont use l’oligarchie.

Crédit photo : Joseph82 via Pixabay cco