Texte de la rubrique Stratégie

 

Les acteurs économiques indépendants peuvent légitimement se plaindre des gouvernements du Système qui, loin de les aider à faire face aux difficultés qu’ils rencontrent, les pénalisent par des charges et des règlements toujours plus lourds. La droite nouvelle, de son côté, porteuse d’une politique économique favorable à l’initiative et à l’entreprise, est en mesure de répondre à leurs aspirations. Ligne droite propose en conséquence que la droite nouvelle se fixe comme axe stratégique de les rallier à sa démarche.

Les acteurs économiques autonomes oubliés et pénalisés

Les travailleurs indépendants et, plus précisément, les artisans, les commerçants, les agriculteurs, les professions libérales et les patrons de PME rencontrent en effet toutes sortes d’obstacles dans l’exercice de leur profession. Confrontés au processus d’appauvrissement de notre pays, soumis aux effets délétères de la mondialisation et de l’européisme bruxellois, devant subir la lourdeur des charges et des impôts ainsi que le contrôle tatillon de la bureaucratie, ils peinent bien souvent à assurer la bonne marche de leurs affaires. Plus perturbant encore, alors qu’ils sont persuadés à juste raison d’être utiles à la collectivité, ils n’ont droit en retour qu’à la suspicion des pouvoirs publics qui, loin de les favoriser, les accablent et parfois les stigmatisent.

La classe politique se désintéresse des travailleurs indépendants

Aussi, beaucoup d’entre eux sont-ils sourdement hostiles aux gouvernements qui se sont succédé et plus généralement au Système qui dirige notre pays. Ils constatent en effet que de gros efforts sont déployés pour permettre à certaines catégories de la population de vivre en parasite au frais de ceux qui travaillent. Ils observent également que tout est fait pour favoriser l’activité des grands groupes et de ceux qui vivent de la mondialisation. Mais, pour ce qui les concerne, ils ne peuvent que prendre acte du désintérêt total des responsables politiques.

Les mesures économiques prises par la Nouvelle Gauche, que certains identifient à tort comme étant de droite, visent en réalité à accélérer l’adaptation de la France à l’ultralibéralisme international et ne peuvent en aucune façon servir des acteurs économiques autonomes et enracinés. De même, la droite républicaine qui a toujours été subjuguée par la gauche n’a jamais rien fait pour les travailleurs indépendants. Quant au Front national, son programme économique et social digne de la gauche des années soixante ne pourrait que pénaliser lourdement les acteurs économiques et les a donc éloignés de ce parti.

La droite nouvelle en osmose avec les acteurs économiques autonomes

La droite nouvelle est donc bien placée pour rallier cette catégorie active de la population. Son projet économique, qui se fonde sur une régulation des échanges aux frontières de l’Europe, prévoit, à l’intérieur de cet espace protégé, de favoriser l’initiative économique et l’esprit d’entreprise. Ses idées forces dans ce domaine consistent en effet à limiter les prélèvements fiscaux et sociaux et à réduire les contraintes bureaucratique. Elles visent également au développement d’une économie de proximité moins dépensière en énergie que celle du libre-échangisme mondialisé et plus favorable aux activités et aux commerces indépendants. Les projets de la droite nouvelle ne peuvent donc qu’entrer en résonance avec les préoccupations des travailleurs indépendants.

Cette osmose paraît d’autant plus facile à établir que les travailleurs indépendants, appartenant pour la plupart à la classe moyenne, cultivent sur les questions non économiques des idées proches de celles de la droite nouvelle. Nombreux sont ceux en effet qui nourrissent de l’inquiétude à propos du processus d’immigration en cours dans notre pays. Beaucoup sont préoccupés par ailleurs de la dégradation des valeurs qui affecte le monde professionnel comme le reste de la vie nationale. Aussi sont-ils déjà proches de la droite nouvelle sur les questions liées à l’identité et aux valeurs. Et, comme le programme économique de la droite nouvelle ne peut que les satisfaire, contrairement à celui du FN qui les avait fait fuir, tout concourt à ce que les travailleurs indépendants viennent soutenir politiquement la droite nouvelle.

C’est pourquoi, à mille lieues des erreurs du Front national, Ligne droite préconise que la droite nouvelle adopte parmi ses axes stratégiques celui de rallier à elle les acteurs économiques autonomes.

Crédit photo : rawpixel via Pixabay cco