Texte de la rubrique Les axes

 

Notre nation a connu beaucoup d’épreuves dans son histoire, mais sans doute n’a-t-elle jamais été aussi menacée. Certes, elle n’est pas sous le coup d’une attaque brutale et violente, mais c’est dans la routine et le confort qu’elle se défait de façon plus sûre encore que dans les tourmentes qui l’ont frappée naguère.

Trois fléaux démantèlent notre pays

Au demeurant, elle n’a pas affaire à un ennemi à visage découvert mais à trois fléaux qui l’affaiblissent et la détruisent lentement mais inexorablement. Ainsi en est-il du libre-échangisme mondial qui, au nom d’un libéralisme extrémiste, soumet notre économie à la concurrence sauvage des pays émergents, provoquant en France la désindustrialisation, le chômage de masse et un appauvrissement qui ira croissant. Les Français sont aussi victimes d’une entreprise délibérée de déconstruction des valeurs qui transforme progressivement leur société en un espace indifférencié où les minorités dominent et où les repères traditionnels sont oubliés ou dénigrés. À cela s’ajoute une immigration qui ne s’assimile pas et dont la religion islamique multiplie les revendications qui bafouent nos valeurs de civilisation. Une immigration qui s’amplifie d’année en année, et qui, si rien ne change, pourrait demain devenir majoritaire et remplacer notre civilisation par une autre.

Le choc des civilisations ébranle notre nation

Cette configuration particulièrement menaçante pour la France et les pays européens est encore aggravée par le choc des civilisations. L’effondrement de l’Union soviétique a en effet donné naissance à une planète multipolaire qui comporte toujours les USA, l’Europe et la Russie, mais aussi le Japon, la Chine, l‘Inde et le monde musulman, sans oublier l’Afrique et l’Amérique du Sud. Or, ces nouvelles puissances, qui ont toutes été dominées d’une façon ou d’une autre par l’Europe, nourrissent secrètement un sentiment de rancœur à l’encontre de l’Occident. Aussi, le choc des civilisations est-il une réalité qui n’a rien de pacifique et dont la France, avec l’Europe, constitue la cible principale, comme le montrent le terrorisme islamique, l’invasion migratoire et la guerre économique qui en sont les principales expressions sur notre sol comme dans les relations internationales.

À travers ces agressions, c’est donc la substance même de notre pays qui est attaquée, sa substance ethnique, culturelle et matérielle et, au-delà, c’est l’identité de notre nation qui se trouve gravement compromise. Or, un peuple peut être attaqué, soumis et décimé, s’il conserve son identité, il peut se libérer, se relever et revivre, mais s’il cesse d’être lui-même il disparaît purement et simplement. Aussi Ligne droite lance-t-elle un avertissement : si notre identité nationale se dissout, c’est notre survie en tant que nation qui peut être compromise.

Le Système paralyse les Français

Une perspective d’autant plus préoccupante que les fléaux qui accablent les Français sont loin d’être une fatalité, puisqu’ils sont voulus par ceux qui dirigent notre pays. La superclasse mondiale, encore dénommée cartel de Davos, veut en effet créer un marché sans frontières où les grandes entreprises transnationales pourraient commercer en toute liberté sous la houlette d’un gouvernement mondial à sa discrétion. Composé des grands patrons et de tous ceux, fonctionnaires, politiques, journalistes et eurocrates qui collaborent avec eux, ce groupe encourage l’immigration massive et la déconstruction des valeurs car ces actions détruisent les nations et les nations sont des obstacles à l’avènement du monde globalisé.

Ils s’appuient de même sur l’organisation bruxelloise qui a fait de l’Union européenne un instrument de dissolution et d’assujettissement des nations fonctionnant comme si Bruxelles n’était qu’une étape sur le chemin du monde globalisé. Enfin, au plan politique, ils se sont constitués en un Système fermé qui verrouille la vie publique imposant ainsi leur idéologie politiquement correcte avec toute la force de leurs différents pouvoirs. Une pression qui soumet notre pays à une pensée unique dont Ligne droite constate avec inquiétude qu’elle affecte non seulement la liberté d’expression des Français mais, qu’en annihilant tout esprit critique, elle obère aussi leur intelligence.

Le politiquement correct verrouille la vie publique

Dès lors, le débat public n’a plus de sens. Tous les politiques ou presque communient dans le politiquement correct. Ceux qui dévient sont aussitôt recadrés par le pouvoir médiatique qui n’hésite pas à occulter ou à diaboliser ceux qui sortent du champ autorisé. Quant aux lois, elles sont passées au crible du pouvoir judiciaire qui s’est érigé en un véritable gouvernement des juges et invalide tous les textes non conformes.

Aussi l’élection de M. Macron et l’émergence de son parti ne constituent-elles pas une nouveauté, bien au contraire elles représentent un renforcement du Système sur la vie publique. Pour la première fois en effet le Système n’a pas fait élire l’homme politique qui lui convenait le mieux, il a fait élire une personnalité directement issue de ses rangs. Aussi M. Macron ne mène-t-il pas une politique nouvelle, encore moins une politique de droite, il conduit la politique du Système, celle de la mondialisation migratoire, de l’ultralibéralisme international et de la déconstruction des valeurs.

Ligne droite déplore que l’opposition ne dénonce pas plus vigoureusement la réalité de la politique menée par M. Macron. Et surtout qu’elle ne soit pas en mesure d’incarner une véritable alternative. Il est vrai que la droite nationale semble toujours incapable de présenter un projet crédible. Quant à la droite républicaine, elle n’a toujours pas compris que Macron occupe tout l’espace du politiquement correct et qu’elle ne peut dorénavant exister qu’en prenant des positions non conformes, ce qu’elle semble incapable de faire. Avec le nouveau président, la France continue de se décomposer pendant que les partis d’opposition ne parviennent pas à se reconstruire.

Tout demeure cependant possible

Face à cette situation bloquée, Ligne droite estime qu’il n’y a cependant pas de raison de désespérer car tout demeure possible. Il n’y a en effet aucune fatalité aux fléaux qu’elle subit. Notre pays n’est pas frappé par une catastrophe naturelle contre laquelle on ne pourrait rien. Il est victime d’un projet conçu par des êtres humains et, ce que des hommes réalisent, d’autres hommes peuvent le défaire. D’autant qu’en dehors de la libération des échanges qui les sert, ce projet d’un monde globalisé est rejeté par tous les pays non occidentaux et même en Occident il est loin d’avoir le vent en poupe. Provoquant chômage, précarité et appauvrissement, il conduit beaucoup de peuples d’Europe à sanctionner électoralement les tenants du politiquement correct.

Aussi, un grand changement est-il aujourd’hui possible. Et Ligne droite appelle les Français à en prendre conscience.

Une droite nouvelle pour combattre le Système

Mais pour concrétiser cette opportunité historique, il faut une force politique nouvelle qui fasse preuve d’imagination et d’audace car, si le redressement est possible, il sera difficile à réaliser. Le verrouillage du pays par le Système est en effet si total que le redressement ne viendra pas de l’application tranquille des méthodes politiques habituelles. Ce sont en effet tous les bastions idéologiques de la pensée unique qu’il faut mettre à bas et le Système les défendra par tous les moyens. C’est pourquoi, en l’état, les partis actuels de la droite ne sont pas adaptés à ce combat et Ligne droite considère qu’il faut aujourd’hui une droite nouvelle désintéressée, déterminée, lucide et courageuse qui ait tout compris de la situation. Une force nouvelle qui peut venir d’une rénovation profonde des Républicains, d’une refondation réelle du Rassemblement national ou encore de l’émergence d’une force neuve mais, dans tous les cas, il faut un parti libéré du politiquement correct et en phase avec le monde d’aujourd’hui.

Six initiatives stratégiques pour assurer le grand changement

Pour réussir le grand changement, cette droite nouvelle devra mettre en œuvre un plan d’action simple mais ambitieux. Un plan que Ligne droite a conçu sous la forme de six initiatives stratégiques susceptibles chacune de changer la donne de façon significative. Les deux premières doivent libérer notre pays de l’emprise du système politiquement correct. Les trois suivantes le guérir des fléaux et la dernière permettre à la France et à l’Europe de faire face au choc des civilisations.

Un plan pour libérer la France de la pensée unique

Pour libérer la France du politiquement correct, la première initiative consiste à mettre un terme au gouvernement des juges. La démocratie repose en effet sur la séparation et l’équilibre des pouvoirs, or ces principes sont aujourd’hui remis en cause par des juridictions qui ont pris le pas sur le pouvoir exécutif comme sur le pouvoir législatif. Un déséquilibre qui va tellement loin que le Conseil constitutionnel s’est arrogé le pouvoir de censurer les lois qu’il juge non conformes à la pensée unique, mettant ainsi sous tutelle la souveraineté populaire. Sans compter les lois liberticides qui, au nom des droits de l’homme, permettent aux magistrats de condamner ceux qui défient le politiquement correct. Ligne droite estime cette situation intolérable et considère que les juges doivent être remis à leur place (lire à ce sujet).

La deuxième initiative concerne les médias qui s’imposent aujourd’hui à tous les autres pouvoirs. Totalement acquis au politiquement correct, ils donnent le ton, soutiennent les politiques qui se plient à leur vision, occultent ou diabolisent ceux qui résistent. Quant à l’opinion, ils la manipulent, utilisant sans vergogne les techniques classiques de la désinformation. Les médias doivent donc être soumis à nouveau au pluralisme et privés de leur pouvoir démesuré sur la société (lire à ce sujet).

Ces deux premières initiatives seront sans doute les plus difficiles à mettre en œuvre mais elles sont essentielles. Sans elles en effet, la droite arrivant au pouvoir resterait totalement impuissante car soumise aux juges et aux médias. Son action, comme celle de ses prédécesseurs, se limiterait alors à des mesures symboliques ou homéopathiques comme simple support à des opérations de communication. Mais si en revanche la droite nouvelle prend avec détermination ces mesures, dont Ligne droite a explicité dans son site toutes les dispositions concrètes, tout redevient possible et elle aura alors le champ libre pour les autres initiatives destinées à mettre un terme aux fléaux qui affectent notre pays.

Des actions pour éradiquer le mondialisme, l’ultralibéralisme et le déconstructivisme

S’agissant du mondialisme migratoire, Ligne droite estime indispensable de stopper toute nouvelle immigration pendant au moins dix ans. Aujourd’hui, personne n’ose plus prétendre que l’immigration est une chance ni même qu’elle ne provoque pas de sérieuses difficultés. Aussi est-il naturel, lorsque se présente un problème qu’on ne parvient pas à résoudre, de commencer par en tarir la source. Il conviendra donc de faire voter une loi d’exception visant à bloquer les arrivées clandestines et à supprimer toutes les formes d’immigration légale, y compris le regroupement familial et l’asile. Cette initiative, qui se présenterait comme pragmatique, sans parti pris idéologique, devrait pouvoir être soutenue par une large majorité de Français. À charge pour eux de décider par référendum au bout de dix ans s’il y a lieu de pérenniser ce dispositif (lire à ce sujet).

Pour ce qui est du fléau de l’ultralibéralisme international, il devrait y être mis un terme par l’instauration d’une régulation des échanges commerciaux destinée à compenser le dumping monétaire, social, écologique et fiscal qui fausse aujourd’hui la concurrence. Cette protection douanière devrait être instaurée aux frontières de l’Europe et aller de pair avec une offensive diplomatique destinée à faire reconnaître le principe de la régulation des échanges entre les grands pôles mondiaux (lire à ce sujet).

Enfin, pour ce qui est du fléau déconstructiviste, la cinquième initiative stratégique devra viser à la reconstruction du système d’enseignement. Un système qui aujourd’hui se préoccupe avant tout d’endoctriner les élèves et d’égaliser leur niveau par le bas. Aussi faudra-t-il lui assigner la mission de transmettre aux plus jeunes les connaissances constitutives de notre culture, de pousser chaque élève au maximum de ses capacités et de remettre à l’honneur les valeurs de travail, de mérite, de sélection et de dépassement de soi (lire à ce sujet).

L’Europe puissance pour faire face au choc des civilisations

Quant à la sixième initiative, elle doit permettre à la France de faire face au choc des civilisations. Et pour ce faire il n’est pas d’autre voie que de défendre et de promouvoir notre propre civilisation, la civilisation européenne. À cette fin, la droite nouvelle devra prendre l’initiative de transformer radicalement l’Union européenne pour en faire un instrument politique au service de notre commune civilisation.

Ligne droite estime à cet égard que ce serait une grave erreur de sortir de l’Union, car une telle option ne conduirait nulle part. Seul dans le monde multipolaire d’aujourd’hui, notre pays n’aurait en effet pas la puissance pour s’imposer. La souveraineté sans la puissance est d’ailleurs une illusion, tel un droit sans la force pour le faire respecter. Dans le cadre du choc des civilisations, ne comptent en effet que les grandes puissances porteuses d’une civilisation, comme l’Inde, la Chine, le Japon, les USA ou le monde musulman. Et dans ce contexte non seulement notre nation ne pèse pas mais notre civilisation elle-même se trouve en situation de grande faiblesse car elle n’est pas, comme les autres, adossée à une vraie force géopolitique.

C’est pourquoi Ligne droite estime essentiel d’ériger l’Europe en un pôle de puissance capable de rendre collectivement aux nations qui la composent leur indépendance, leur puissance et leur identité. Cette nouvelle Union, qui serait libérée de la Commission et dirigée selon le principe confédéral par les seuls États, devrait rendre aux nations leurs compétences ordinaires et se concentrer sur l’essentiel : stopper l’immigration, réguler les échanges commerciaux, réindustrialiser le continent, faire de l’euro une monnaie qui serve l’Europe comme le dollar sert les États-Unis, enfin sortir de l’Otan et créer une alliance militaire européenne (lire à ce sujet).

La mise en œuvre de ces six initiatives stratégiques permettrait d’engager un grand changement qui ferait passer la France et l’Europe du déclin à l’expansion. Une expansion qui pourrait à nouveau mener notre civilisation vers des sommets car la nouvelle Europe ainsi reconstituée pourrait redevenir la première puissance mondiale ou, à tout le moins, une puissance capable de rivaliser avec les États-Unis ou la Chine.

Renouer avec l’harmonie et l’expansion

Une telle perspective est possible. Il existe en effet dans notre pays une majorité de Français pour soutenir une droite nouvelle qui se déclarerait prête à appliquer les six initiatives stratégiques que préconise Ligne droite. Celles-ci devraient certes être complétées pour constituer une politique globale de redressement, mais, à elles seules, elles permettraient de faire sauter tous les verrous politiquement corrects, ouvrant ainsi la voie au grand changement.

Le déclin morne et mécanique que nous subissons n’est pas une fatalité. La paralysie politique de la France n’est pas inéluctable. La France peut rompre avec la pensée unique et renouer avec l’harmonie et l’expansion.

Crédit photo : Thepixelman via Pixabay cco