Texte de la page Synthèse                                                                                                                        Retour à la rubrique

 

Des idées forces pour rétablir la cohésion nationale

Le libre-échangisme mondial pratiqué maintenant depuis des décennies a entraîné pour la France une perte de substance et de richesse en partie camouflée par le recours à l’endettement. Une pratique qui atteindra bientôt ses limites et qui conduit à un choix drastique : ou, comme commence à le faire la Nouvelle Gauche, on organise l’appauvrissement des Français, ou l’on sort du mondialisme en instaurant une régulation des échanges aux frontières de l’Europe (lire à ce sujet).

Le choix de cette seconde option est d’autant plus nécessaire que le mondialisme et l’immigrationnisme ont provoqué par ailleurs le fractionnement de la France en trois blocs. Au sommet, l’oligarchie et ses affidés qui profitent du mondialisme et se détachent de plus en plus de notre pays. À la base, les immigrés qui jouissent de la sollicitude du Système et des avantages que leur procure notre pays, un pays dont le sort leur est totalement indifférent. Entre les deux enfin, se trouve la classe moyenne et populaire qui demeure attachée à la France mais que le Système ignore quand il ne la maltraite pas (lire à ce sujet).

Aussi, pour redonner corps au peuple Français et rétablir la cohésion nationale, faut-il sortir les classes moyennes et populaires de la marginalité. Elles constituent la majorité silencieuse, elles incarnent le peuple. Il s’agit donc, en remettant les minorités à leur place, de leur donner à nouveau la priorité (lire à ce sujet).

Pour ce faire, il faut développer une politique sociale nouvelle, plus juste et plus équilibrée. La sécurité sociale qui assure l’essentiel des prestations versées aux classes moyennes et populaires doit être confortée. Reposant sur les principes de l’assurance et de la prévoyance, lesquels subordonnent la prestation à la cotisation, elle respecte la dignité des personnes et garantit des comportements responsables. En revanche, les prestations d’assistance qui prennent la forme de subsides sans contreparties, incitent à la passivité et se prêtent aux abus. L’objectif est de les réduire au minimum et de porter l’effort sur la réduction du chômage et le relèvement des bas salaires, en contrepartie au besoin d’une baisse des charges. Chacun doit pouvoir vivre décemment des fruits de son travail sans aide ni assistance (lire à ce sujet).