Texte de la page Synthèses                                                                                     Retour à la rubrique

 

 

Agir plutôt que communiquer

Les dirigeants de notre pays, qui se sentent souvent impuissants, ont tendance à préférer la communication à l’action. Rompant avec ces errements, la droite nouvelle au pouvoir qui entend agir librement et s’affranchir du politiquement correct devra donc reconquérir les prérogatives souveraines de l’exécutif, notamment en remettant à leur place les pouvoirs médiatique et judiciaire devenus trop intrusifs. Il faut rendre du pouvoir au pouvoir (lire à ce sujet).

Encore faut-il qu’après la victoire de la droite nouvelle, le chef de l’État s’organise efficacement pour exercer pleinement sa fonction. À cet égard, la dualité de l’exécutif doit conduire le Premier ministre à gérer les affaires courantes, permettant ainsi au président de prendre de la hauteur pour incarner la nation et suivre la mise en œuvre de ses grandes réformes sans dévier du cap qu’il s’est fixé (lire à ce sujet).

Pour ce faire, il est capital que le projet du président ait été mis au point dans le détail bien avant son élection car il n’est rien de pire qu’un pouvoir sans but qui improvise pour donner le change (lire à ce sujet). Il faut de plus que le chef de l’État soit animé d’une volonté inébranlable de mettre en œuvre son projet quels que soient les obstacles qu’il rencontre, sans se préoccuper des sondages ni du résultat des élections intermédiaires et surtout sans se soucier de sa propre réélection (lire à ce sujet).

Quant au gouvernement, l’efficacité exige qu’il soit composé d’une quinzaine seulement de fortes personnalités susceptibles d’être reconnues et suivies par les Français. À charge pour eux de se consacrer aux réformes dont ils ont la responsabilité sans multiplier les déplacements et les actions de communication inutiles (lire à ce sujet).

Dans ce contexte, la cohérence du discours gouvernemental comme celle de la majorité parlementaire doit être totale afin d’adresser aux Français des messages simples et clairs qui assoient la crédibilité du pouvoir. Une cohérence qui ne peut être acquise que par une longue préparation précédant les succès électoraux et par une soigneuse sélection des futurs députés et ministres (lire à ce sujet).

Enfin, pour réaliser ses grandes réformes en dépit des oppositions qui se manifesteront, la droite nouvelle au pouvoir devra les avoir présentées pendant la campagne électorale afin de les mettre en œuvre ensuite rapidement et simultanément sans que leur légitimité puisse être mise en cause. Une procédure qui placera le gouvernement dans une position d’autant plus solide que ses réformes seront massives et que, porteuses d’améliorations importantes, elles  justifieront le cas échéant les désagréments d’une épreuve de force (lire à ce sujet).

Quant aux médias qui, face à la droite nouvelle au pouvoir, se comporteront comme la principale opposition, le gouvernement devra les affronter en réformant leur système de financement, en remettant les médiacrates à leur place et en se dotant de moyens de communication qui lui soient propres. La liberté de la presse devra être rétablie (lire à ce sujet).